Partagez|

Do what you want [Sakura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Isabella Nicolosi
Smooth Criminal
avatar
MESSAGES : 1757
DATE D'INSCRIPTION : 20/10/2012
MessageSujet: Do what you want [Sakura] Ven 28 Fév 2014 - 21:19

    - Je suis heureux d'accueillir cette œuvre au sein de mon musée. Je remercie également chaleureusement le soutien de Tiziano Nicolosi pour tout son aide ...

    Isabella n'écoutait déjà plus les paroles suintantes de compliments du directeur du musée et se concentra davantage sur les invités présents. Très rapidement, la petite brune arrêta son regard sur le couple que formait le maire de la ville et sa femme. Ils écoutaient en souriant avec, le front bien innocent. Ils n'avaient rien à se reprocher, eux. A une époque, elle avait dû être ainsi et elle ne s'en rendait que maintenant. Dorénavant, dès qu'elle passait près d'un miroir, elle osait à peine se regarder, encore trop honteuse de ses méfaits. Chaque matin, elle se posait la même question : avait-elle tuer pour la bonne cause ? Ces corps sans vie restaient trop frais dans sa tête et elle avait l'impression que trois mois ne s'étaient pas écoulés suite à ces événements. Pourrait-elle un jour oublier ou accepter ?

    Un très court instant son regard croisait celui du maire et elle ne le soutint que quelques secondes pour se détourner, et faire semblant de s'intéresser à ce discours habilement mené, mais qui était définitivement pitoyable pour Isa. On encensait son père et cela, elle ne supportait plus. S'il avait plus d'hommes, un réseau plus performant, il aurait pu la retrouver. S'il avait mieux choisi ses hommes, et s'il avait été attentif, elle ne se serait pas retrouvé en plein dans l'émeute du centre-ville puis n'aurait pas été kidnappé. En raison de son incompétence, il avait failli la perdre. Il avait dû l'abandonner.

    Le discours prit enfin fin et les gens pouvaient maintenant déambuler tranquillement dans la salle et discuter avec son voisin ou sa voisine. Le tableau, le directeur ou la "bonté" des Nicolosi n'étaient que des amorces pour démarrer une discussion avec une personne souhaitée ou une personne choisie par le plus grand des hasards. Le but de ce type de soirée était avant d'entretenir ses relations ou le cas échéant, commencer à se créer un réseau.

    A contrecœur, elle se mit aux côtés de son père, écouta avec attention tous les remerciements et observa chaque réaction. Elle fut davantage bavarde quand le maire et sa femme s'approchèrent, et serrèrent la main tour à tour aux Nicolosi. Ils finirent par vaquer à d'autres occupations et petit à petit, le nombre de personnes souhaitant à tout prix discuter avec son père diminua. C'était maintenant à son tour de déambuler dans la salle et serrer des mains. Cependant, Une main se posa sur son épaule, l'arrêtant dans cet élan. Elle inspira fortement, gardant difficilement son sourire.

    - Je devrais être directrice de musée, tu sembles avoir plus de ressources pour venir en aide,
    murmure-t-elle.

    Elle espérait que ses paroles auraient le don de rendre son père triste et que cette soirée qu'il avait attendu avec une certaine impatiente ne sera qu'en fait qu'un long calvaire. Sans s'attarder, elle s'éloigna et rejoignit sa tante qui l'introduisit auprès de plusieurs personnes.

    - Oh Sam, comment vas-tu et qui est donc cette charmante personne ?

    Voilà deux bonnes heures qu'Isabella arpentait d'une personne à une autre et les discussions se répétaient sans cesse. Elle avait la terrible sensation de devenir folle et surtout, elle étouffait ici-même. Elle avait besoin de sortir, de prendre l'air ... de vivre.

    - Sakura Richards, elle est rentière.

    Les présentations continuaient et pour sa part, elle fut très bref "Isabella Nicolosi, enchanté". Il y eut un certain nombre d'échanges mais Isa n'écoutait que d'une oreille. Elle finit par trouver une excuse pour s'éloigner, prétextant avoir soif, et s'exiler dans un petit balcon. Son homme de main n'était jamais bien loin et il restait là, près de la fenêtre, discutant à peine avec une dame, une coupe de champagne en main. Il passait inaperçu et il n'était là que pour surveiller les allés-venus, et s'assurer que personne ne sortirait une arme à feu.

    C'était exagérée peut-être mais il était payé pour être parano précisément.

    Elle s'ennuyait à mourir.
    Elle étouffait.



_________________


Who am I?
And where are we?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura Richards
avatar
MESSAGES : 5325
DATE D'INSCRIPTION : 24/02/2013
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Mer 5 Mar 2014 - 12:06

Do What you Want

Sakura avait comme beaucoup de gens avec de l’argent en ville, reçu l’invitation du musée pour l’inauguration d’un nouveau tableau, ou d’une statue. Elle ne savait plus et s’enfichait bien à vrai dire. L’art n’était pas sa passion. Loin de là même, cependant ce genre de soirée restait une occasion de se faire belle, de s’exhiber un peu auprès de la haute société de San Diego, et surtout c’était un bon plan pour manger et boire gratuitement. Aussi après n’avoir eu rien de mieux à faire l’américano-japonaise avait décidé de s’y rendre. Elle se mit donc en route avec sa BMW de location mais qu’elle aimait finalement bien. D’ailleurs la brune devait ronger son frein pour ne pas l’emmener au garage et commencer la modifier pour qu’elle soit plus à son goût. Elle manquait un peu de rose, de NOS et d’autres amélioration possible pour pouvoir l’emmener à la prochaine course, car là aussi, il faudrait que Sakura refasse son entrée sur le devant de la scène. Mais pour le moment elle devait redorer son blason de socialite, se dit-elle en rentrant dans le musée. Dans un sens, elle trouvait cette invitation des plus inappropriées. Elle ne savait pas trop aux vétérans de quelle guerre on rendait précisément hommages dans ces murs mais elle était forcément peu concerné. S’il s’agissait de la Seconde Guerre alors ses ancêtres s’étaient tout de même trouver dans le camp adverse, est-ce qu'on connaissait Hiroshima par ici ?! Quant au Vietnam, cela ne serait jamais arriver sans l’occupation japonaise. Enfin, avec de la chance il y aurait quand même du bon champagne et des toasts au caviar.

Le discours du conservateur avait déjà commencé quand la driver entra dans la salle qui accueillait plus de monde qu’elle ne l’aurait pensé. Elle se glissa donc silencieusement jusqu’au bar, n’accordant pas le moindre intérêt à ce que disait le vieux dans son micro et se pris à boire. Elle se cala dans un coin en attendant la fin, et puis elle se mêla à la foule pour chercher des visages connus et saluer les gens qui avaient besoin qu’elle se rappelle à leur bon souvenir. Elle ne parlait que vaguement de sa propre vie. Saku aurait pu en profiter pour se vanter, pour se faire plaindre de s’être fait tiré dessus mais elle n’en ressentait pas le besoin. Elle aimait être le centre d'intérêt, certes, mais là, il n’y avait rien d’extraordinaire dans les faits. Beaucoup de gens avait subi les conséquences de cette fusillade impromptue. Finalement ayant réussi à s’emparer de tout un plateau d’amuse-bouche, l’asiatique s’exila sur le balcon. Elle regrettait déjà d’être venue et envisageait plus que sérieusement de se carapater dès qu’elle aurait fini de remplir son estomac. Elle pourrait aller finir la soirée en boite ou ailleurs, elle était suffisamment bien habillée pour pouvoir se rendre où elle voulait. Elle soupira quand elle entendit du bruit derrière elle. Une jeune femme venait aussi prendre l’air. Sakura lui jeta un rapide coup d’œil et lui offrit un sourire de circonstance. « Isabelle, c’est ça ?! » Dit-elle en se redressant, comme elle s’était accoudée à la balustrade. Une femme la lui avait présentée plus tôt dans la soirée, et elle l’avait déjà vu plusieurs fois dans des évènements mondains, mais sans la connaître vraiment. Prenant une gorgée de champagne, elle lui présenta le plateau en argent. « Un petit morceau ? » La japonaise n’avait pas de raison de se montrer désagréable, au contraire et puis si la demoiselle se trouvait aussi sur ce balcon, s’était que la petite fête ne lui plaisait pas non plus, et entre outsider, il fallait savoir s’entraider. Et puis s’était l’occasion d’apprendre à la connaître, les soirées servaient aussi à agrandir son cercle de connaissance et son carnet d’adresse, bien que Sakura n’en ai plus besoin. Avoir frôlé la mort, lui avait permet de faire du tri dans l’ordre de ses priorités, et malgré tout son argent, la conductrice aspirait désormais à plus que de sympathiser avec des gens qui dépensaient dans le but de se faire mousser.

CODE TOXIC GLAM

_________________

Life Is A highway
Come ride with me to the distant shore We won't hesitate to break down the garden gate There's not much time left today Life is a highway I want to ride it all night long If you're going my way Well, I want to drive it all night long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Nicolosi
Smooth Criminal
avatar
MESSAGES : 1757
DATE D'INSCRIPTION : 20/10/2012
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Dim 16 Mar 2014 - 13:33

La vraie vie se trouvait à l’extérieure, en ville auprès de ces inconnus qui couraient, qui dansaient, qui discutaient ou qui pleuraient et non auprès de ces types blindés d’argent à la conversation étrangement insipide en cette belle soirée. Elle voulait sortir, elle voulait vivre et non s’enterrer vivante parmi cette foule vieillissante et sénile. L’un de ses objectifs soit discuter avec le Maire était tombé à l’eau, alors elle n’avait plus aucun intérêt à rester ici. Cependant chez qui chercher ce secours ?

Elle aurait pu demander à son garde du corps de chercher la voiture et de l’emmener loin, très loin d’ici mais elle ne pouvait pas le faire. Ou plutôt, il ne pouvait pas le faire. En effet suite à ses récentes bêtises, et à la passivité de ce garde du corps, son père avait décrété qu’à la prochaine désobéissance, elle allait avoir droit à un autre garde du corps. Or Isabella n’en voulait pas. Le sien, celui-là, était parfait à ses yeux : il n’agissait que quand elle voulait et il ne lui imposait rien contrairement à ceux de ses parents. Enfin, c’était une tombe et ne disait rien alors que les autres n’hésitaient pas à rapporter tout à ses parents.

Malheureusement, connaissant le caractère de Tiziano, elle était certaine qu’il mettrait à exécution ses menaces. Elle fit donc profil bas, prête à saisir la moindre opportunité de fuir de ce lieu un brin trop calme et trop superficiel à son goût.

Son rêve de déprimer seule dans le balcon, dans l’attente de cette interminable soirée, se réduisit à néant quand elle vit que quelqu’un y avait déjà élu domicile. Elle aurait bien voulu faire demi-tour mais la demoiselle l’interpella immédiatement par son prénom tout en lui tendant un plateau d’argent. Isabella la considéra quelques secondes et se dit qu’elle pouvait bien rester : l’une comme l’autre semblait partager le même ennui.

- C’est ça. Et vous êtes … Sakura ?

Isabella n’était pas une wonderwoman qui se souvenait de tous les noms, surtout qu’en deux heures, elle avait eu droit à son panoplie de noms et de personnalités « importantes » comme « invisibles ». Cependant, quelques noms lui étaient restaient en tête dont celui-là. En effet, d’une part c’était sa dernière rencontre avant qu’elle ne cherche à fuir l’assemblée, et d’autre part, parce qu’elle avait apprécié la mixité culturelle. Sakura était clairement un prénom asiatique et Richards était clairement un nom de famille américain.

Pour sa part, prénom comme nom faisaient italiens malgré qu’elle ait une mère américaine et qu’elle soit née sur le sol américain. De même son oncle et sa tante avaient tout autant des prénoms italiens. Quel que soit la génération, on restait fidèle aux origines. Isabella perpétuera-t-elle cette tradition ? Très bonne question : les dirigeants Nicolosi avaient tous un prénom italien. En rompant la tradition, pourrait-elle les préserver d’un funeste destin ? Elle ne savait pas et s’en fichait à cet instant : ce futur familial était encore trop éloigné pour elle.

- Volontiers, dit-elle tout en se servant, je commençais à avoir faim. On a toujours du mal à se servir en grande quantité sans qu’on nous lance des regards étonnés ou outragés. Elle termina sa petite réplique par une petite imitation d'une vieille choquée par tant de gourmandise.

Isa opta immédiatement pour les amuse-gueules de saumons fumés avec du beurre ou encore ceux avec du poulet nappés d’une sauce épicée. Elle finit par s’avancer vers la balustrade et s’y appuyer à son tour. Elle jeta un coup d’œil vers le bas, un coup d’œil à l’horizon et un autre au ciel. Il y avait un vent doux et frais et des effluves lointains de la mer.

- Belle soirée n’est-ce pas ? On a juste envie de sortir et de se balader dans la rue, dit-elle en souriant gentiment.

Le sourire était là, toujours là. C’était celui dont elle se parait matin, midi et soir et qui trompait plus d’un. On avait l’impression que tout allait bien, que c’était seulement une jeune fille avec son ennui et non une jeune femme complètement déprimée et vulnérable.

Elle se mit à réfléchir et pensa soudainement à quelque chose.

- Si vous souhaitiez être seule, je pourrais partir sans soucis.

Peut-être qu’elle cherchait à être seule, comme Isa à l’instant. Maintenant ? La brune n’était plus dérangée par l’optique d’être accompagné de cette demoiselle. Plus elle le regardait et plus elle semblait différente mais elle ne saurait dire en quoi.

_________________


Who am I?
And where are we?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura Richards
avatar
MESSAGES : 5325
DATE D'INSCRIPTION : 24/02/2013
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Ven 21 Mar 2014 - 19:11

Malgré le fait que Sakura avait envisagé de finir la soirée seule, elle ne fut pas déranger par la demoiselle qui venait de faire son apparition sur le balcon. Sinon elle ne lui aurait pas proposé de piocher dans son plateau personnel. Elle n’avait rien contre un peu de compagnie, au contraire, ce qu’elle ne supportait pas c’était la réception en générale. Elle n’avait aucun moyen d’être véritablement le centre d’attention et puis ces gens l’énervaient. D’accord la japonaise était loin d’être un modèle de samaritain, mais joeur à qui dépenserait le plus d’argent pour prouver qu’il était plus généreux que les autres, cela l’insupportait. La brune au moins utilisait son argent pour son propre intérêt et sans honte. C’était pour elle mille fois mieux que de faire semblant de s’inquiéter pour les autres. Elle confirma donc son prénom. « C’est bien moi, allez-y servez-vous. » Fit-elle avec un sourire en lui tendant le plateau comme elle le lui avait proposé. L’asiatique n’était pas mère Theresa mais elle n’allait tout de même pas laisser cette gamine mourir de faim. Cette dernière précisa d’ailleurs son appétit et le prouva en se faisant plaisir.

Sakura rigola quand elle imita les gens choqués. La driver ne se souciait jamais de ce genre de détail, elle avait après tout osé prendre tout un plateau sur la table du buffet. Les vieilles biques pouvaient bien penser tout ce qu’elles voulaient, de toute manière de par son métissage, la demoiselle savait qu’elle faisait un peu tâche dans le coin. Se tournant aussi vers la vue, la conductrice regarda les lumières de la ville, sentit la légère brise sur son visage et approuva d’un signe de tête les paroles d’Isabella. Ce n’était pas une nuit à s’enfermer avec des personnes ennuyeuses, non. A cet instant précis, Saku rêvait de descendre récupérer sa voiture et foncer sur l’autoroute pour se choper au moins trois amandes pour excès de vitesse. Voilà qui faisait de l’argent bien dépensé ! Distraitement elle prit un petit four, enfin plutôt le dernier mini burger et l’enfourna dans sa bouche. Elle le mâchait document quand la jeune fille s’excusa de l’avoir peut-être déranger. L’américano-japonaise se redressa et secoua la tête. « Pas le moins du monde, je sais ce que c’est quand on a ton âge de supporter ça. » Elle se permit de passer au tutoiement car faire des manières n’était pas son genre et aussi parce qu’elle imaginait que la personne devant elle ne devait pas avoir plus de 18 ans. De fait elle ne devait pas se trouver là de sa propre volonté et devait donc s’ennuyer encore plus qu’elle qui était venue de son plein gré. Une grosse connerie, soit dite en passant.

Le regard une nouvelle fois tourné vers les lumières de la ville, Sakura eut une idée. Elle sorti son ticket de parking et le tapota sur son menton. « Viens, on se casse. » Il y avait moyen de sortir discrètement du musée et de faire une petite virée dans le coin et de revenir avant que les parents de l’adolescente se rendent compte de quoi que ce soit. Elle appuya ses propos avec un signe de tête vers l’extérieur, par-delà l’horizon. Pour sa part, tout le monde se moquait de leur à laquelle elle partirait du moment qu’elle apposait sa signature sur un gros chèque pour faire plaisir au conservateur qui le dépenserait très utilement en retapissant les commodités. Un sourire moqueur s’afficha une seconde sur ses lèvres. « Je te ramènerais avant minuit, personne ne saura que t’es partie. » Elle ignorait bien évidement que la demoiselle disposait de son propre garde du corps qui lui se rendrait certainement vite compte que sa protéger avait disparue de la circulation, mais même si l’asiatique en avait eu connaissance, cela ne lui aurait posé aucun problème de conscience. Bien au contraire, il n’y avait rien de plus amusant que de tromper la surveillance d’une personne en charge de votre bien être. Elle attendit donc que celle qu’elle prenait pour une adolescente se décide. Normalement dans ces âges là on aimait braver l’autorité et si elle se décidait à suivre la driver elle serait servie. Saku repensa à la première fois qu’on l’avait conduite au poste pour un feu rouge, elle avait cru que son père allait la tuer, mais cela lui avait donné un tel sentiment de supériorité. Une sensation d’ivresse dont elle ne se lassait pas.

CODE TOXIC GLAM

_________________

Life Is A highway
Come ride with me to the distant shore We won't hesitate to break down the garden gate There's not much time left today Life is a highway I want to ride it all night long If you're going my way Well, I want to drive it all night long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Nicolosi
Smooth Criminal
avatar
MESSAGES : 1757
DATE D'INSCRIPTION : 20/10/2012
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Sam 5 Avr 2014 - 3:51

Isabella émit un petit rire suite à la phrase la jeune femme. Avant son kidnapping, elle avait l’habitude de s’ennuyer ferme dans ce genre de soirées mais elle aimait patienter et traîner avec son oncle et sa tante et s’amuser de leurs commentaires en quittant un cercle. Maintenant, elle s’ennuyait tout autant et garder ses mêmes habitudes à la seule différence qu’elle ne supportait plus les humours des Nicolosi ni d’avoir à supporter cette soirée pour un père qui ne méritait clairement pas tous ces efforts. Chaque sourire et regard du paternel à son égard lui donnait une envie de vomir et d’hurler. Ajoutons à cela que son seul et unique objectif était réduit à néant au vu du monde. En somme, Sakura n’avait pas vraiment idée de toute l’ampleur de l’ennui d’Isa et de sa frustration d’être condamnée à une telle soirée pour rendre papa content.  

- Viens on se casse. Je te ramènerais avant minuit, personne ne saura que t’es partie.


Elle avait tout faux l’américano-japonaise. Depuis l’émeute, sa famille était devenue un poil paranoïaque. Si elle ne répondait pas au bout de trois appels, ils paniquaient. Si elle rentrait trop tard, ils paniquaient. Si elle ne répondait plus du tout alors qu’ils lui parlaient, ils paniquaient. Ses parents ne la quittaient plus du tous des yeux et elle était certaine que son paternel lançait des petits regards aux alentours toutes les dix minutes pour s’assurer que sa fille unique n’avait pas disparu à nouveau et n’était pas livrée à nouveau aux mains de quelques mafieux véreux. La sécurité était là, vérifiée une centaine de fois au préalable mais rien, rien ne viendrait calmer la conscience bafouée d’un père.

Un regard à ce dernier et sa décision fut prise.

- Allons-y.

Qu’il remarque sa disparition et qu’il s’en inquiète profondément. Elle espérait sincèrement que cette soirée n’en sera que plus longue et pénible pour lui, et qu’il attendra vainement que sa fille apparaisse dans son champ de vision d’un instant à l’autre.  Elle ne lui souhaitait que d’avoir seulement un avant-goût de sa propre attente dans ce bateau. Au final, jamais son père n’était apparu dans l’embrasure de sa porte. Il n’a été qu’une voix promettant mille choses au téléphone. A ce jour, aucune de ses promesses ne s’étaient réalisées et elle avait été sauvé par une toute personne, un élément inattendu.

Enfin, et plus important, qu’il sache qu’il ne peut plus la contrôler comme bon lui semble. Elle n’était plus cette fillette à qui l’on pouvait imposer n’importe quelle décision. Dorénavant, c’était elle qui décidait d’adopter ou non la règle, d’être manipulée ou non … Plus jamais elle ne serait une actrice passive de son existence. Elle l’avait déjà chèrement payé, elle ne commettrait pas une seconde fois la même erreur.

Par exemple, ce soir, elle décide elle-même de tenter l’inconnu et de se risquer à suivre une parfaite étrangère. Ce n’était qu’une femme et si jamais elle se montrait menaçante, elle saura se défendre sans arme – elle avait droit à des cours de self défense n’oublions pas – comme avec arme – sa merveilleuse acquisition auprès d’un revendeur lors de sa fuite et cachée dans son mini sac à main -.

Elle suivit Sakura et quitta cette pièce sans une once de panique. Elle était calme et sûre de sa décision. Les deux jeunes femmes débouchèrent ensuite vers le parking et la voiture vers laquelle Sakura l’orientait réussit à impressionner Isabella. Au vue de la machine, ce n’était pas simplement une voiture, c’était un véritable monstre, un vrai bijou.

- Woah … Tu es une collectionneuse ou une coureuse ?

Elle le dit naturellement. Niveau driver, elle n’avait fréquentait qu’Anthony Waynes et autrement … ses rares participations en tant que spectatrice à ces courses n’avaient gravé en elle que l’image de belles voitures chouchoutées et montées comme pas possible.

Sans tarder, elle s’assit au siège passager et continua à regarder chaque coin de la voiture. Contrairement à Cait, si Sakura accélérait et dépassait toutes les limitations de vitesse, elle ne s’inquiéterait pas pour sa vie : c’était une pro et non une gamine capricieuse ayant son permis moins d’un an.

_________________


Who am I?
And where are we?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura Richards
avatar
MESSAGES : 5325
DATE D'INSCRIPTION : 24/02/2013
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Dim 13 Avr 2014 - 14:51

Un immense sourire éclaira le visage de Sakura en entendant Isabella lui dire qu’elles étaient partie. Elle n’aurait jamais cru que ce serait si facile de la convaincre, mais en même temps ce n’était pas si étonnant pour une adolescente de vouloir quitter la présence de papa/maman pour partir à l’aventure. Surtout quand c’était offert sur un plateau. Lui faisant donc signe de la suivre, la japonaise se dirigea vers une autre fenêtre que celle par laquelle elle et sa nouvelle camarade étaient arrivées sur le balcon et ressortirent donc un peu plus loin, mais toujours dans la salle de réception. Lui prenant la main, la driver la conduit donc à la sortie et tendit son ticket au voiturier. Personne n’avait dû les voir s’éclipser de la sorte, car elles étaient ressorties bien trop près de la porte, loin du buffet ou des tableaux. Peu après sa voiture apparue et Saku rigola face à la réaction de la jeune fille. Qu’est-ce que cela aurait été si la demoiselle s’était pointée avec son véritable bolide, elle en serait tombée à la renverse. « Collectionneuse dirons-nous et encore là c’est soft, ma vraie voiture est quelque part bien au chaud. » Elle n’allait pas lui dire qu’elle dormait à la fourrière, ce n’était pas le genre d’impression que l’américano-japonaise voulait donner.

La belle se glissa derrière le volant et fit ronronner le moteur V10 avec un regard en coin pour observer l’adolescente et puis elle démarra en trombe, laissant de belles traces de gomme sur le macadam et roula à une vitesse largement supérieur à celle limite autorisée pendant 10 bonnes minutes pour mettre le plus de distance possible entre elles et le musée. Avant d’arriver sur la voie rapide, l’asiatique alluma l’autoradio qui se mit à hurler un groupe de rock dont elle était fan. Elle appuya également sur le bouton qui fit se relever la capote. « J’espère que tu n’as pas peur de la vitesse. » Déclara la brune en changeant de vitesse pour s’engager sur l’autoroute. L’aiguille sur le compteur monta dans la zone rouge à une vitesse hallucinante et Sakura se mit à slalomer entre les autres véhicules, gardant un bon contrôle. Los de course elle détestait les tronçons en circulation parce qu’elle gérait mal de devoir éviter les autres conducteurs et en plus garder un œil sur la compétition, mais là, il n’y avait aucun autre impératif que d’aller vite et de les garder toutes les deux en vie. Elle ne se sentait jamais aussi libre que derrière son volant et roulant à une vitesse folle. Comme si le monde extérieur n’existait plus, plus rien ne comptait.

Sakura s’amusa ainsi avant de prendre une sortie pour aller dans un endroit plus désert et s’arrêta en rigolant. Elle remit un peu ses cheveux en place et regarda Isabella au moins pour s’assurer qu’elle n’allait pas ruiner le cuire de la BMW en vomissant. « Tu veux conduire ? » Demande-t-elle. Si cela avait té sa Honda, elle ne lui aurait même pas proposé en rêve, mais là elle s’en fichait un peu. Mais conduire ce petit bijou c’était autre chose. Puis la japonaise pensa à quelque chose qui était peut-être stupide mais elle se devait de poser la question. « Enfin tu as bien le permis ? » Toutefois ce n’était pas si important que ça, mais si elle avait dans les 17/18 ans elle devait l’avoir et au moins Saku paraitrait un minium responsable et adulte. Ce qui n’était pas tous les jours malgré son âge. Cependant dans la vie il fallait aussi savoir faire ce dont on avait envie plutôt que de toujours suivre les règles et les volontés des autres. En tout cas Sakura n’était pas de ce genre là et encore moins depuis qu’elle avait failli mourir. Cela ne changerait pas le fait qu’elle vivait dangereusement, elle avait passé trop de temps à bouder dans son appartement pour ça, mais au contraire elle voulait profiter encore plus de chaque instant, parce qu’il peut être le dernier.

CODE TOXIC GLAM

_________________

Life Is A highway
Come ride with me to the distant shore We won't hesitate to break down the garden gate There's not much time left today Life is a highway I want to ride it all night long If you're going my way Well, I want to drive it all night long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Nicolosi
Smooth Criminal
avatar
MESSAGES : 1757
DATE D'INSCRIPTION : 20/10/2012
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Sam 19 Avr 2014 - 1:20

Isabella était habituée aux belles voitures mais aux classiques noires complètement par balles et non à celles chouchoutées et montées pour être de véritables fusées sur le macadam. Non, son père avait toujours privilégié le confort et la sécurité à la vitesse et à la beauté. Il préférait être certain que sa femme et sa fille ne mourraient pas d’un tir ennemi dans une voiture plutôt que de s’inquiéter sur le nombre de chevaux et compagnie de la voiture. Autant dire que oui, Isa restait toujours sans voix devant les modèles des drivers, si différentes et si belles.

Sakura rit d’ailleurs devant l’air ahuri de l’Italienne et répondit « collectionneuse » en précisant bien que c’était une voiture « soft » et « secondaire ». Isabella n’en était que plus curieuse pour la « vraie » voiture et déjà son imagination, accaparée ces temps-ci par de sombres images, se colorait enfin de plus belles couleurs et d’autres éléments que des morts en morceaux ou ensanglantés. Rien que pour ça, Isa remerciait intérieurement l’américo-japonaise.

A peine s’étaient-elles installées, que la conductrice fit crisser les pneus de sa voiture et sortit en trombe du parking. Dans un premier temps, Isa empoigna instinctivement la poignée de la porte et le rebord de son siège. Cependant, petit à petit, elle se détendit. Contrairement à ses amis ayant le permis que récemment et n’accéléraient qu’avec une insouciance dangereuse, Sakura maîtrisait clairement la situation et son volant. Isa le ressentait.

La jeune fille jeta tout de même un regard à l’arrière et ne vit aucune voiture noire filait à toute vitesse pour maintenir leur rythme et rester à l’arrière. Son garde du corps n’avait pas suivi, soit par incapacité d’assurer un tel rythme soit en raison d’une voiture pas du tout adaptée à une telle vitesse. L’un comme l’autre, Isabella avait comme idée d’avoir un chauffeur très compétent, du type driver précisément, et revoir les capacités des voitures. Elle le nota dans un coin de sa tête et n’hésitera pas à en faire part aux parents. Ces derniers semblaient davantage à l’écoute ces temps-ci, surtout le père qui tentait vainement de comprendre les dernières attitudes de sa fille unique et de se réconcilier avec. Bien évidemment, pour le moment, tout cela était vain. Tant qu’elle s’entêtait à lui en vouloir, il ne saura jamais tout ce qui se passe dans sa tête.

Jamais.

Elle fut tirée de ses pensées au silence du moteur. Elles s’étaient arrêtées dans un coin assez désert. Isabella lançait un regard interrogatoire à une Sakura hilare et de très bonne humeur. Ainsi donc, conduire était pour elle une véritable détente. Pour sa part, elle avait aimé mais ce n’était pas vraiment son truc la vitesse. C’était bien mais sans plus. Cela ne lui procurait pas du tout la même adrénaline qu’à Sakura.

- J’ai le permis oui. Je ne sais pas trop. J’aime qu’on me conduise plutôt que conduire.

En gros, Isabella aimait quand les gens font beaucoup de choses à sa place. Par exemple, la maquiller, la coiffer, lui sécher les cheveux, la conduire d’un point A à un point B … Elle aimait donner ses ordres et être obéi. Ses parents avaient rapidement abandonnés de l’obliger à faire beaucoup de choses en autonomie : elle était apte oui mais elle avait un véritable penchant à ordonner. Voilà un trait de caractère peu étonnant quand on connaissait son entourage familial et quand on se penchait davantage sur son éducation. A chaque fois, tous la regardaient comme une future dirigeante et tous n’attendaient que des directives et non des paroles incertaines et gnangnan.

Il faut dire que pour les directives, depuis son retour de l’étranger, tout le monde était bien servi. Personne ne fuyait à la dame : le chauffeur, le garde du corps, les gardes de la maison, les différents employés … Si Isa était dans les coins, elle vérifiait le travail et n’hésitait pas à critiquer ou à ordonner une nouvelle manière de faire. Elle disait, ils devaient s’exécuter. Point barre.

- Mais … je n’ai pas roulé avec une telle voiture. Je veux bien essayer. Je te rassure, je maîtrise tout de même un peu la voiture, j’ai survécu à l’Italie entre autre. Je pense survivre aux autoroutes américaines. Et à cette heure.

Les Italiens étaient un tantinet connus pour leur style de conduite en Europe. Pour Isabella, ce n’était pas le plus choquant mais soit … elle avait un peu conduit et elle n’en était pas morte aux dernières nouvelles. Etait-ce au moins rassurant pour Sakura ? A déterminer.

- Il faut juste ne pas espérer que je roule comme une pro comme toi, demanda-t-elle en lui lançant un regard amusé. Ainsi collectionneuse et férue de vitesse … je ne veux pas paraître impolie mais quand on te voit, on n’imagine pas du tout cela. C’est une surprise agréable. Tu t’es pris de passion pour tout cela quand ?

Elle réfléchit un court instant et se demandait si elle n’était pas trop curieuse. Elle devrait s’excuser peut-être mais elle se ravisa aussitôt. D’une, s’excuser était une faiblesse et de deux, elle n’avait pas commise une grande faute pour s’abaisser à une telle chose. Elle préférait paraître impolie et odieuse plutôt que faiblarde et peu sûre d’elle.

_________________


Who am I?
And where are we?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura Richards
avatar
MESSAGES : 5325
DATE D'INSCRIPTION : 24/02/2013
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Dim 27 Avr 2014 - 13:42

Sakura fut rassurer d’entendre que l’adolescente avait le permis, elle lui avait proposé de prendre le volant pour s’amuser et puis elle se doutait que cette petite avait besoin de se détendre, de prendre l’air et se changer les idées. Comme si la laisser dans ce musée l’aurait fait dépérir au même titre que les œuvres qu’on y exposait. Toute fois le coup de préférer se faire conduire la décontenança un peu et elle la regarda comme si elle venait de voir apparaître un fantôme. La japonaise avait harcelé ses parents pour passer le permis, pour acquérir cette liberté d’aller où elle voulait, quand elle voulait sans que personne ne le dise à ses vieux. Et puis pour sentir les vibrations dans ses mains, le dur de la pédale sous ses pieds, l’odeur du cuir et les bruits du moteur en sachant que c’était de son fait. Elle n’aurait renoncé à ça pour rien au monde. Et cette gamine était tout l’inverse, cela la choquait presque mais elle comprenait. Dans ce monde de richesse on prenait vite gout au fait que les autres pouvaient faire les choses à notre place. Et Sakura en profitait régulièrement d’ailleurs mais pour se déplacer par contre, elle ne comptait que sur elle-même. Et c’était précisément pour cela que sa Honda lui manquait plus que tout, même si sa remplaçante lui plaisait beaucoup. Elle la garderait définitivement même après avoir récupérer son petit bébé. Elle écouta la jeune femme lui dire qu’elle savait quand même conduire et donna l’Italie en référence. C’était amplement suffisant pour l’asiatique. Elle connaissait Rome et Milan et connaissait donc très bien les méthodes des habitants de là-bas, c’étaient des tarés, des pressés et des irresponsables. D’accord en tant que driveur, elle pouvait répondre également à ces qualificatifs mais là-bas, c’était différent. Si Isabella avait pu s’en sortir là-bas elle s’en sortirait très bien ici. D’autant que la BMW était une automatique. Elle hocha donc la tête et ouvrit sa portière pour faire l’échange de place.

Sakura rigola en entendant que la demoiselle ne conduirait pas comme elle, c’était évident, il fallait de la pratique, de l’entrainement pour cela. Elle se posa donc côté passager, ce qui ne lui était pas particulièrement familier mais cela faisait du bien de temps en temps. Un sourire amusé s’afficha sur son visage. Comme pour beaucoup de monde, Bella était surprise par l’américano-japonaise. Une fille en robe et talon qui se débrouille derrière un volant. Quand on la voyait on ne devinait jamais son choix de carrière. « Je ne le prends pas mal, tout le monde se goure carrément sur mon compte. Les voitures, la mécanique ça me plait depuis que je suis gamine. Le jour même de mes 16 ans je passais le permis, mon chauffeur m’avait aidé à apprendre, et puis c’est un bon moyen de fréquenter des garçons. » Elle fit un clin d’œil. Et puis elle fit un geste de la main pour lui dire d’y aller. La route qu’elle avait prise et choisie n’était pas très fréquentée et il n’y aurait donc pas de grand risque, pour elles comme pour la voiture, car Saku faisait partie de ses gens qui pensait à leur véhicule avant leur propre sécurité. Dans le cas contraire de toute manière elle ne participerait pas à des rodéos, il fallait être logique.

« Et puis c’est cool, c’est une vraie liberté je trouve de pouvoir conduire et quand on s’intéresse un peu à comment ça marche ça devient magique je trouve. Je ne sais pas si tu as déjà eu l’occasion d’assister à une course de rue, ou même une course sur circuit mais c’est une telle ambiance, ça m’a toujours galvanisé, il fallait que j’en fasse partie. Alors j’ai fait ce qu’il fallait pour. » Cela n’avait pas été une mince affaire d’ailleurs. En commençant à Los Angeles, Sakura avait dû affronter les moqueries et remarque désobligeante. Il fallait dire qu’avec sa dégaine féminine malgré elle, sa voiture rose, s’imposer n’avait pas été facile. Avec son look on la voyait comme ces filles qui sont là pour se trémousser, pour être des trophées supplémentaires, pour rendre les hommes un peu plus machos. Au début personne ne voulait courir contre elle sous prétexte que ce serait comme voler sa sucette à un gamin. Elle avait dû batailler pour sa première course et elle avait mis une telle claque à son adversaire que ce dernier devant encore subir les railleries. Et ainsi à force de détermination et de bataille la japonaise avait pu s’imposer dans ce milieu, et son arrivée à San Diego avait donc été plus facile mais pas gagner pour autant. D’ailleurs elle n’avait pas encore gagné le respecte auquel elle pensait avoir droit, mais elle y parviendrait. En se donnant encore un peu plus à sa passion. Une fois sa Honda en main évidemment et les modifications subies aussi ! Cela allait sans dire. « Et toi ? C’est quoi ta passion ? » Demanda-t-elle pour apprendre à connaître un peu sa nouvelle camarade de jeu. Cette gamine l’intriguait un peu et elle sentait un petit côté rebelle en la jeune fille qui lui faisait penser à elle au même âge.

CODE TOXIC GLAM

_________________

Life Is A highway
Come ride with me to the distant shore We won't hesitate to break down the garden gate There's not much time left today Life is a highway I want to ride it all night long If you're going my way Well, I want to drive it all night long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Nicolosi
Smooth Criminal
avatar
MESSAGES : 1757
DATE D'INSCRIPTION : 20/10/2012
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Lun 12 Mai 2014 - 22:15

L’échange de place eut lieu et Isa ressentit un tout autre sentiment au volant d’une voiture bien plus légère et bien plus différente des modèles dont elle avait tant l’habitude. Elle se mit d’abord à son aise et observa le reste de la voiture, chercha rapidement à comprendre l’utilité de telle ou telle bouton.

Au rire franc et simple de Sakura, Isabella esquissa un petit sourire amusé à son tour. Enfin, peut-être pour un court instant, elle abandonnait son masque de sérieux, oublia l’amertume qui l’étreignait depuis quelques jours et abandonna sa mauvaise humeur habituelle, partenaire récurrent depuis son grand retour dans sa ville natale à la fois chérie et hantée d’hideux souvenirs. La brune accepta d’émettre un autre rire en cette belle soirée à la remarque de Sakura au sujet des garçons et des voitures.

- J’avoue.

Elle n’avait plus l’habitude de faire d’excellentes blagues ou de longs et florissants discours. En Italie, elle avait été l’équivalent d’une morte vivante, trainée contre gré par-ci et par-là et en Chine, elle maîtrisait à peine la langue locale, ce qui avait limité considérablement ses interactions sociales. Autant dire que son retour sur le sol américain et en particulier à San Diego fut un choc de taille tant en raison du rappel de tout ce qui s’était passé que pour toutes ces personnes qui l’ont appelé et monopolisé quelques heures pour parler de tout et de rien comme s’intéresser de son sort de ces derniers mois.

Cependant, ce soir, elle ne trouvait pas Sakura ennuyante ou trop bavarde. Ce qu’elle disait intéressé l’Italienne et lui donnait la sensation d’être à nouveau une jeune adulte insouciante et non une paranoïaque encore sous le choc des récents événements qui craignait qu’à chaque instant on allait à nouveau lui braquer un flingue sur la tempe.

Au geste de la Japonaise, Isabella démarra doucement la voiture, fit quelques mètres, freina un petit coup et reprit plus assurément. Elle avait rapidement pris l’habitude de tester la « force » des freins ou la galère d’une quelconque vitesse à chaque changement de voiture. L’avantage avec celle-ci était qu’elle était automatique, autant dire qu’il suffisait d’appuyer sur l’accélérateur ou sur le frein.

- Les courses de rue … on m’y a trainé une fois mais j’en garde un très sale souvenir. Des flics partout et des gens bizarres. Je suis montée au hasard dans une voiture à l’arrêt et le conducteur n’avait pas apprécié mais bon, il a été aimable jusqu’au bout et … mon ami m’avait vite récupéré.

En fait, c’était son oncle ou alors était-ce son père ? Enfin, l’un comme l’autre, c’était quelqu’un de la famille et elle avait passé un bon sale quart d’heure. Le pire dans cette histoire était qu’elle y avait été traîné de force, sans lui demander son avis, par un pote en qui tout le monde avait pas mal confiance. Enfin, le temps que ce dernier quitte son nez des affaires qui l’avait amené jusqu’à cette course et qui l’avait obligé à laisser la brune seul, et revienne expliquer à la famille que c’était sa faute, elle avait eu droit à toutes les leçons de moral possible. Fille de mafieuse peut-être mais son père mettait un point d’honneur à faire de sa fille une fille honorable.

Dorénavant à chaque fois qu’elle y pensait, elle affichait un sourire ironique.

« Honorable dans ce monde ? C’est de la folie pure… la folie d’un vieil homme ». Tiziano avait la quarantaine, proche de la cinquantaine peut-être bien, et gardait force et intelligence mais aux yeux de sa fille, il avait perdu tout le prestige d’antan. Il n’était plus qu’un homme arrogant et cupide, à l’image des hommes qui l’entourent et des ennemis auxquels il fait face quotidiennement.

- J’aime dessiner des BDs.

En effet, elle parlait bel et bien des BDs classiques avec des bulles, des cases, des trames, des scénarios, des couleurs … c’était tout un travail et un temps qu’elle allouait volontairement quelques heures de sa semaine.

- J’apprécie particulièrement un après-midi où le soleil tape sur ma vitre, éclaire ma feuille ou alors me chauffe tranquillement ou alors une fin de soirée en été avec la lumière orangée. Les soirs, je préfère la lumière tamisée, la petite musique de fond et un petit verre sur la table pour une soif éventuelle. J’aime bien me créer un petit monde quelques temps et oublier pas mal de choses.

Pour certains, c’était une activité originale. Pour d’autre, c’était complètement ringard. Et certains prétendaient qu’Isabella devait avoir un petit mal-être pour avoir ce besoin de s’isoler. Ces derniers étaient de vrais idiots pour la brune par contre, et n’hésitait pas à répliquer qu’une passion, c’était quelque chose de personnel qui permettait à la personne de quitter un court instant son existence terne ou alors trop violent.

- Un peu comme en voiture là. De la musique, peu de lumières, et un petit quelque chose qui nous oblige à nous concentrer sur ce qu’on fait et nous émerveiller en même temps sur ce qu’on fait. Enfin, c’est l’effet que t’arrives à donner en roulant comme tu le sens. Je dois rouler comme une mamie pour le coup … tu ne t’endors pas trop ? Demanda-t-elle avec un petit sourire.

Elle accéléra légèrement et regarda autour d’elle. Où allaient-elles ? Etrangement, la destination ne l’intéressait pas alors qu’en temps ordinaire, et depuis ce kidnapping, ce genre de détails l’aurait rendu fou de rage. Avoir le volant en main était-il pour quelque chose ?

- Dis moi, quand on t'a présenté, je ne me rappelle plus vraiment ce que tu faisais dans la vie. Pour ma part, juste étudiante.

Ne lui avait-on pas dit un truc dans le patrimoine ? Il faut dire qu'elle a vu tant de profils métiers à la fois différents et similaires qu'elle se perdait.

_________________


Who am I?
And where are we?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura Richards
avatar
MESSAGES : 5325
DATE D'INSCRIPTION : 24/02/2013
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Sam 17 Mai 2014 - 11:54

Cela fit plaisir à Sakura de voir la jeune fille sourire à propos des garçons, à tous les âges on y songeait. Et elle ne faisait pas exception même si en temps normal la japonaise n’avait pas à se poser des questions. Elle était consciente de son charme de son corps et surtout de ses facilités à tomber les hommes, elle n’en connaissait pas un qu’elle avait rencontré et qui n’ait pas voulu au moins pendant une minute coucher avec elle. Sauf peut-être Lucas, mais c’était un cas particulier, elle lui devait la vie et il n’avait pas eu une vision de la jeune femme au naturel, ou justement si, il l’avait rencontré au plus bas et le pire de tout il l’avait vu sur un lit d’hôpital, totalement diminuée. Ce qu’elle pensait c’était plutôt qu’il ne l’avait pas vu comme ce soir, avec une jolie tenue, des talons, une coiffure et un maquillage sans faille. Mais donc en dehors de lui l’asiatique ne connaissait aucun homme insensible à ses charmes. Peut-être était-ce un peu mégalo de penser ainsi mais elle voyait les choses plutôt sous l’angle qu’un homme ne pouvait pas regarder une femme sans la désirer à un moment ou un autre, à moins d’être un thon. Isabella n’échappait pas à la règle, les garçons de son école devaient aussi se pavaner devant elle, plus d’un accepterait volontiers de lui servir de chauffeur puisqu’elle aimait ça. Mais pas les courses sauvages d’après ce qu’elle ajouta. Pourtant elle avait vécu le plus drôle, lorsque les flics débarquait. Sakura n’irait pas jusqu’à dire qu’elle aimait ça, la dernière fois que les poulets s’étaient pointés à un rodéo, elle y avait perdu sa voiture mais pourtant elle ne changerait ça pour rien au monde. L’excitation de la fuite, le jeu du chat et de la souris pour leur échapper, cela faisait partie du jeu et de l’univers des courses clandestines. Mais l’américano-japonaise fut surtout outré que Bella puisse montée dans une voiture au hasard et que la personne avec qui elle était l’abandonne, même temporairement. Les drivers étaient somme toute très sympathiques mais si Isa avait été sa petite sœur, elle n’aurait fait confiance à aucun d’eux, dragueur comme ils étaient ! Et machos par-dessus le marché. Toutefois elle se retint de lui faire la morale, ce n’était pas son rôle, ce n’était pas le moment et tout c’était bien terminé.

Au lieu de cela elle changea de sujet pour s’intéresser à la passion de l’adolescente. La bande dessinée, c’était bien, artistique et au moins c’était original. Elle l’écouta décrire comment elle s’y prenait, sa méthode de travail et s’en trouva admirative. En dehors des moments où elle avait le nez dans son moteur, Sakura ne savait pas s’isoler, rester au calme, parce que quand elle s’attaquait à la mécanique elle mettait la musique au volume maximum et chantait par-dessus, cela ne l’empêchait pas de se concentrer. Quelque chose qui avait toujours horripilé sa mère, cette dernière aurait tellement voulu lui inculquer la culture zen de son pays, mais c’était impossible. La japonaise aimait beaucoup de chose de cette partie de ses origines mais aller méditer pendant des heures à ne manger que des racines, très peu pour elle. Cela ne l’empêchait pas de se rendre au temple Shinto au nouvel an cependant ce n’était pas tout à fait la même chose. Elle secoua la tête pour répondre à la jeune femme, non elle ne s’endormait pas. « Non, quand je suis passager ça me dérange pas, ce n’est pas la même adrénaline parce que les sensations on les a au volant. » Et vu l’éclat sur son visage elle ne doutait pas que l’italienne commençait à comprendre de quoi elle parlait. Puis comme pour le lui prouver, elle accéléra légèrement. Elle avait encore de la marge, Sakura avait beau avoir troqué son bolide contre une voiture de ville, elle en avait pris une qui cachait bien son jeu et qui en avait dans le ventre. Impossible pour elle de conduire une vraie citadine ou une berline si elle n’était pas modifiée.

Elle éclata par contre totalement de rire quand la compagne lui demanda ce qu’elle faisait dans la vie, cela faisait tellement longtemps qu’on lui avait pas posé la question. Cela lui aurait presque fait bizarre que les gens puissent penser qu’elle travaillait. Elle essuya une petite larme qui avait perlée au coin de son œil avant de répondre. « Je dépense les sous de mon père. » Répondit-elle avec humour. « Je n’ai pas besoin de travailler et même quand mon père prendra sa retraite ou mourra parce que jamais il ne lâchera les rênes de son entreprise, je ne prendrais pas sa succession, il y aura un gestionnaire, moi je serai actionnaire majoritaire et ne me pointerait au bureau que pour les conseils d’administration. Je passe mes journées à faire absolument tout ce que je veux et pour ma bonne conscience, je gagne quand même de l’argent en faisant des courses. » Pour certain c’était incompréhensible, elle avait beau être rentière, elle aurait pu faire une école de commerce pour reprendre un jour le flambeau mais l’école ça n’avait jamais été son truc, c’était trop ennuyeux, trop strict pour elle. Et Sakura n’avait pas honte, elle n’avait pas demandé à venir au monde dans une famille aisée, c’était tombé sur elle, point. Elle ne faisait qu’en jouir parce que ça ne servait à rien de se prendre la tête. Et puis avec tout ce qu’elle dépensait, elle participait à payer les salaires du commun des mortelles, alors de son point de vue, il n’y avait pas de problème. Et puis son père n’était pas sur son dos à ce niveau là non plus. II n’était pas japonais mais possédait une partie de la mentalité, malheureusement il n’avait eu qu’une fille unique et donc pas question de lui passer ensuite les commandes de la société. Il s’était trouver un subalterne qu’il dresserait à son image jusqu’à son dernier souffle et celui-ci gèrerait tout ensuite. Évidemment il avait encore l’espoir que Sakura lui offre un petit-fils à qui il lèguerait tout ensuite mais pour le moment il devait bien travailler à son plan B. « Donc étudiante…je te pensais plus jeune que ça. Et du coup tu étudies quoi ? » Demanda-t-elle pour continuer la conversation.

CODE TOXIC GLAM

_________________

Life Is A highway
Come ride with me to the distant shore We won't hesitate to break down the garden gate There's not much time left today Life is a highway I want to ride it all night long If you're going my way Well, I want to drive it all night long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Nicolosi
Smooth Criminal
avatar
MESSAGES : 1757
DATE D'INSCRIPTION : 20/10/2012
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Lun 18 Aoû 2014 - 18:52

La vie de Sakura semblait bien triste aux yeux d'Isabella, cependant elle n'en laissait rien paraître et ne fit aucun commentaire horripilant. En effet, comment pouvait-on passer ses journées qu'avec des loisirs ? Ne s'ennuyait-elle pas ? Ne trouvait-elle pas qu'une telle existence sans but réelle était triste et dépourvue de sens ?

Enfin, pouvait-elle se permettre de dire une telle chose alors qu'elle-même vivait encore des sous de sa propre famille ? Cette "révélation" ne réveilla en elle qu'un grand sentiment de dégoût. Elle se disait haïr sa famille après leur incompétence pour l'aider mais elle était toujours, et encore, à leur crochet. Peut-être serait-il temps de leur faire face et couper tout lien avec ? C'était malheureusement impossible. Sa petite période fugue lui avait prouvé à quel point sans l'influence et la puissance des Nicolosi elle était à découvert et vulnérable. Ainsi, si elle souhaitait une quelconque indépendance, elle devait accepter certains compromis comme accepter les hommes de main de la famille et plusieurs autres mesures de sécurité, et économiques.

Elle ne pouvait donc clairement pas critiquer Sakura. Au moins, elle pouvait faire quelque chose sans risquer de se retrouver avec une balle dans la tête ou être kidnappée. Elle pouvait également trouver une source de revenus, légale ou non. Isabella pouvait rêver de trouver un simple job dans les quartiers Est et Ouest grâce aux deux mafias, et cela sera bien plus compliqué dans les quartiers dits "neutres" toujours en proie aux guerres des Russes et Italiens.

Sa soirée qui avait si mal commencée, et qui s'était sensiblement améliorée avec l'arrivée impromptu de la jeune femme, s'avéra un véritable échec et un puit de miasme où elle s'enfonçait que davantage. Inconsciemment, comme une réponse à ce sentiment de vulnérabilité et de frustration, elle appuya davantage sur l'accélérateur.

Sa morosité atteint un tout autre niveau quand il était question d'études. Elle avait brillamment commencer des études de droit mais suite aux derniers événements, elle avait complètement abandonné la fac. On pouvait l'y emmener, la traîner sur les bancs mais elle n'écoutait plus, et passait son temps à rêvasser, à dessiner ou à tapoter avec son crayon sur la table un petit air de musique. Elle ne savait plus quoi faire, si elle voulait continuer sur cette filière ou la changer complètement. Un de ses professeurs de lycée rencontrait récemment lui avait proposé une carrière plus artistique ou plus architecturale. Elle y pensait sincèrement mais ne savait pas du tout si elle était prête à traîner à nouveau sur les bancs de l'école en supportant des camarades de classe insouciants. Elle ne pouvait plus agir comme l'étudiante lambda qui aime le shopping ou les sorties entre amis.

- Eh bien … je faisais du droit. Cela ne me plaît plus. J'essaye de me réorienter mais ce n'est pas facile. L'école, c'est un tantinet chiant. Et les parents, tout autant, voire plus. Je suis …

Elle se tut, lassée. Elle ne voulait pas se plaindre. Elle ne voulait plus ouvrir bien grand son cœur ou partager ses problèmes avec le premier passant qui semblait gentil. Les apparences pouvaient être trompeuses.

- Est-ce compliqué d'entrer dans le monde des courses ? Changea-t-elle de sujet. Comment s'est passé tes débuts ?


Elle préférait parler de la rentière que de sa propre personne. Elle n'avait rien de palpitant à dire ou plutôt elle n'avait pas envie de montrer à quel point sa vie ne rimait plus à rien et qu'elle se "cherchait".

_________________


Who am I?
And where are we?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura Richards
avatar
MESSAGES : 5325
DATE D'INSCRIPTION : 24/02/2013
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Dim 24 Aoû 2014 - 18:26

Sakura sentie bien le blanc que laissa sa réponse quant à sa vie professionnelle ou plutôt l’absence de cette dernière. Elle avait l’habitude de cette réaction, les choses ne comprenaient jamais qu’elle puisse être si oisive à ne pas tenter de gagner d’argent par ses propres moyens. Mais elle ne faisait rien de moins ou de plus qu’une femme au foyer de l’Upper East Side, et à elles ont ne disaient rien ! Cela la choquait d’ailleurs, elle menait la même vie que sa mère, comptant sur le soutien financier de son père et rendait aux moins fortunés grâce à des œuvres de charité, des dons et autres choses que pouvaient faire les gens riches pour se donner l’impression de compenser et surtout pour avoir une bonne raison de se rassembler pour boire des litres et des litres de champagnes. Comme ce soir en somme, mais en tant qu’héritière on lui reprochait de ce comportement. Toutefois elle en avait pris son parti. De toute manière elle ne changerait pas son caractère ou sa façon d’être pour faire plaisir à cette troupe de mauvaise langue. Elle gagnait de l’argent en courant, elle le dépensait ensuite dans sa voiture et cela lui convenait parfaitement comme vie. Et après avoir frôlé la mort, elle avait encore plus envie de continuer sur sa voix sans se prendre la tête. Du moins pas pour cela. Isabella répondit ensuite à la question sur ses études et elle ne fut pas surprise d’entendre parler de droit, c’était un peu une filière classique dans les familles aisée. Il était bien plus surprenant d’entendre qu’elle souhaitait se réorienter. Surement pour quelque chose d’artistique si elle dessinait, se dit la japonaise en confirmant les dires de la demoiselle. « C’est clair l’école c’est la mort, j’ai jamais aimé ça, d’ailleurs j’étais un peu nulle. »

Cela la fit un peu rigolé parce que c’était un doux euphémisme que de dire qu’elle n’était pas douée en cours, c’était surtout qu’elle n’en foutait pas une. Sinon elle aurait pu se débrouiller et avoir des bonnes notes autrement que parce que son père faisait des dons plus que généreux pour que l’établissement ne renvoie pas sa précieuse fille. Même si à la base l’argent était surtout pour fermer les yeux sur ses conneries. Isa revint sur le sujet des courses, cela semblait particulièrement l’intéresser. Pas étonnant, cela restait une transgression, un interdit, un jeu dangereux. Toutes les ados avaient envie de ça, surtout si l’autorité parentale était un problème conséquent, ce qui semblait être le cas pour l’italienne, d’après ce que Sakura avait pu constater. « Et bien…ce n’était pas dur de mettre le pied dedans, en soi si je voulais on pourrait trouver une course là tout de suite et rencontrer d’autres drivers. Mais ensuite il faut faire ses preuves. Montrer que tu sais de quoi tu parles, ce que tu vaux derrière un volant. Et pour une fille c’est encore pire. » L’asiatique se redressa un peu dans son siège. « C’est un monde de macho, j’ai galéré au début parce que je ne trouvais pas d’adversaire, ça ne valait pas la peine de courir contre moi. Et puis au début, mes victoires c’était des coups de bol ou alors on m’avait laissé gagner, mais bon c’est comme pour partout faut persévérer et avec la niaque pour avancer. » Elle haussa les épaules. Son caractère de feu l’avait pas mal aidé c’était vrai, il ne fallait pas avoir peur des coups et du jugement des autres, c’était un monde très dur finalement et dont il fallait rester le plus éloigné possible quand on était trop faible ou qu’on ne possédait pas un mental d’acier. Même en tant qu’homme. « Tu n’auras qu’à me laisser ton portable quand on sera de retour au musée, je t’inviterai à une course tu pourras voir. »

CODE TOXIC GLAM

_________________

Life Is A highway
Come ride with me to the distant shore We won't hesitate to break down the garden gate There's not much time left today Life is a highway I want to ride it all night long If you're going my way Well, I want to drive it all night long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Nicolosi
Smooth Criminal
avatar
MESSAGES : 1757
DATE D'INSCRIPTION : 20/10/2012
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Mar 26 Aoû 2014 - 23:05

Là, tout de suite, Isabella ne voulait pas participer à une quelconque course que ce soit en tant que spectatrice ou comme actrice. Ce soir, elle avait déjà pas mal "désobéi" et elle allait bien sentir la fureur de son père. Inutile d'ajouter un autre trophée, cette dernière pouvait attendre un moment plus calme et plus propice. Ainsi, elle se contenta d'acquiescer et de continuer à écouter ce que la rentière disait.

La suite de son discours intéressa davantage Isabella. Dans les faits, elle se fichait de savoir comment s'imposer dans ces courses illégales. Non, ce qui avait retenu toute son attention et qui avait réveillé en elle un désir était le portrait que peignait Sakura de sa personne. Grâce à ce court récit, Isabella sut définitivement ce que l'Asiatique était : Une femme au caractère tout feu tout flamme qui avait su s'imposer dans un monde macho à force d'entêtement.

Et il fallait qu'elle soit ce type de personne dans le futur pour reprendre en main sa vie et décider librement, sans être menacée ou forcée, si elle voulait ou non reprendre l'organisation familiale. Afin de gagner de la légitimité au sein du monde mafieux, il fallait prouver qu'elle avait des tripes et qu'elle n'avait pas froid aux yeux. Peut-être est-il temps de répandre dans les rues que ce n'était pas Lucas qui avait tué la tête de l'Hydre de la rébellion au sein des Italiens mais elle ? Peut-être était-il temps d'annoncer qu'Isabella Nicolosi se mettait aux côtés du parrain pour apprendre le métier ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Annoncer signifiait la fin de son anonymat, la fin de son "innocence" auprès des flics , la fin de tout et le commencement d'un véritable chaos. Cependant, c'était un mal nécessaire pour un bien futur.

- Pas de souci pour mon numéro. Je pourrais même te le dire maintenant, en même temps qu'on rentre au musée.

Sakura l'avait rappelé à la réalité et notamment au temps qui passe. Oui, cette petite escapade commençait à dépasser la petite heure et Isa en connaissait un qui remarquera très bientôt la disparition d'une brune. Elle préférait revenir quand il remarquera et non revenir quand il aura remarqué et qu'il aura piqué une crise interne insupportable. Il faut rentrer au musée. Une telle soirée ne durait pas jusqu'au petit jour et un moment où un autre, l'assemblée allait se disperser. Son père, patient devant tout le monde, ne pourra guère cacher sa colère lorsqu'un à un les invités partiront et qu'il sera encore là, à attendre une fillette.

Ou alors …

- Est-ce que cela te dérangerait que je rentre directement chez moi ? J'habite dans les quartiers nords, à Carmel Mountains. Si tu trouves que c'est loin par rapport à chez toi ou au musée ou ailleurs, pas de souci. On peut aller au musée.


Rentrer chez soi serait le pied. D'une, elle pourrait se changer. De deux, elle pourrait soit marmotter dans son lit, soit sortir pour une quelconque soirée ou dormir chez quelqu'un si la maison lui pesait de trop. Elle pourrait prendre sa décision en paix avant que son paternel et sa maternel rentrent. Leur fureur ? Elle ne signifiait plus rien soudainement. A croire que le miroitement de la liberté suffisait à effacer tous les tracas et les vrais ennuis.

_________________


Who am I?
And where are we?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakura Richards
avatar
MESSAGES : 5325
DATE D'INSCRIPTION : 24/02/2013
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura] Mer 3 Sep 2014 - 13:33

Sakura pouvait voir qu’elle avait attiré l’intérêt de la jeune fille en parlant des courses et de cet univers, il y avait une curiosité palpable chez la brune et c’était assez amusant à voir. Comme un gamin qui regarde pendant une heure une colonne de fourmis. Elle sourit et hocha la tête avant de sortir son portable pour y noter le numéro qu’Isabella lui dicta. C’était vrai qu’il n’y avait pas forcément besoin d’attendre, elle avait principalement proposé ça parce que c’était plus simple et ne demandait pas d’effort de concentration supplémentaire pour la conductrice moins expérimentée qu’elle. Elle pressa ensuite le bouton d’appel et raccrocha quand le décompte de seconde commença. « Voilà comme ça toi aussi tu as mon numéro, si tu veux sortir prendre un café, un verre ou même aller en boite. » Si elle s’était tenue en face d’elle la japonaise lui aurait fait un clin d’œil mais là elle se contenta de ranger son téléphone dans son sac à main. Elle aimait s’amuser et cela lui avait donc semblé naturel de proposer à l’étudiante de la sortir un peu. Sakura se trompait surement mais elle devinait qu’Isa n’avait pas énormément d’amis et que cela pourrait lui faire du bien de se détendre un peu. Du moins l’image d’elle dans le musée la faisait paraître ainsi.

La jeune femme lui demanda d’ailleurs si elle ne pouvait pas plutôt conduire jusque chez elle plutôt que de retourner à la réception. L’américano-japonaise haussa les épaules même si son interlocutrice ne pouvait pas trop le voir et répondit. « Comme tu veux moi je m’en fiche je n’ai laissé personne là-bas. Et plus il y a de route plus je suis contente de conduire alors vas-y ramène toi chez toi, je m’en sortirai parfaitement pour retrouver mon appart’ ensuite. » Ce n’était pas comme si la distance lui faisait peur, bien au contraire. Comme elle venait de le dire la belle prenait plaisir à être derrière un volant, elle était capable d’aller chercher son café ou n’importe quoi en nourriture à emporter vingt blocks plus loin si cela lui permettait de conduire, alors que dans les faits il y avait un Starbucks à l’angle de sa rue !

S’enfonçant dans son siège encore un peu plus, Sakura se laissa porter par le rythme de la voiture, jaugeant qu’elle avait plutôt bien choisi sn modèle de location mais que sa Honda lui manquait tout de même. Elle regarda le paysage défiler, elle ne faisait que rarement attention à cela, puisqu’elle était rarement passager et eu tout de même un pincement un cœur en pensant à Los Angeles, sa ville lui manquait un peu avec sa place, Venice Beach ou Santa Monica. Mais elle n’avait pas se plaindre ici non plus. En tout cas elle qui s’était plus ou moins forcée à venir à cet évènement de charité ne le regrettait plus. Pour fois dans ce type de soirée elle avait fait une connaissance qui en valait la peine. Cette Isabella lui semblait très sympathique et gentille, il y avait une certaine douceur qui se dégageait d’elle qui faisait du bien à l’esprit encore meurtrie de Sakura. Elle décida qu’elle appellerait véritablement l’étudiante pour la revoir, l’emmener à une course si elle le voulait.

Et après l’avoir quitté en bas de chez elle, l’asiatique prendrait simplement le temps de rentrer chez elle, n’allant pas trop vite pour prendre le temps de regarder le paysage.

CODE TOXIC GLAM

_________________

Life Is A highway
Come ride with me to the distant shore We won't hesitate to break down the garden gate There's not much time left today Life is a highway I want to ride it all night long If you're going my way Well, I want to drive it all night long
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Do what you want [Sakura]

Revenir en haut Aller en bas

Do what you want [Sakura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Sakura Shinji
» Sakura [ en cours]
» sakura-29
» Sakura Hosho
» Sakura Haruno, Fiche Technique
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ride Or Die : After that you run ...  :: SAN DIEGO :: Centre-ville :: Memorial :: Musée des Vétérans-
Sauter vers: