Partagez|

Terrence Lewis ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Terrence Lewis
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 13560
DATE D'INSCRIPTION : 07/09/2011
MessageSujet: Terrence Lewis ... Jeu 8 Sep 2011 - 23:41



Terrence Lewis Feat. Paul Walker


† IDENTITÉ


NOM : Lewis
PRÉNOM : Terrence
DATE DE NAISSANCE : 29 août 1984
NATIONALITÉ : Américaine
STATUT : Divorcé, un enfant. En couple avec Sakura Richards.
MÉTIER : Flic
VOITURE : Bleu-racing Nissan Skyline GT-R Egoist 2011 / Black Dodge Charger STR8 (citadine)
QUARTIER : Ouest
GROUPE : Cops
SOUS-GROUPE : Drivers

 
DESIGNED BY SWAN


† SON CARACTÈRE

De caractère ? Je suis quelqu'un de sympathique à première vue, d'abordable et de vivant, qui a l'humour facile et qui ne se prive pas de taquiner son entourage proche. Je fais toujours en sorte de gérer de la meilleure façon qu'il soit les obstacles que je rencontre avec réflexion et recul, bien que ça ne soit pas aussi simple que ça. Avec mes proches, je sais être calme et attentionné, bien que nerveux et impatient en temps normal. Je pardonne plus facilement aux personnes qui me sont chères que je me pardonne les choses à moi-même. Disons que je vis sur l'instant, ne me fiant pas à la destinée ou encore à l'avenir. Je sais mes espoirs et mes infondés, mes ratés et mes erreurs qui me font passer pour un homme assez froid et distant quand on tente de m'approcher de trop près et que l'on ne me connait pas vraiment. Je suis attaché à mes valeurs morales et éthiques, très à cheval sur mes principes et je supporte difficilement que l'on me tienne tête sur un tel point. Je reste un homme loyal capable d'entorses et de contre-mesures. Certaines épreuves de la vie m'ont appris qu'il peut être bon de bousculer l'ordre établi. Mon sens de la justice, de la punition et de la sanction ne demeure inflexible et indérogeable ce qui dans mon travail me porte plus que préjudice. Je ne dis pas revendiquer l'illégalité, néanmoins, la loi est loin d'être juste et légitime et se fourvoie bien trop souvent elle-même.
J'ai pour défaut de me reposer trop longuement sur le rôle qu'on m'attribue de ce mec un peu connard et insatisfait, arrogant et supérieur, toujours en décalage, presque largué. Mais le travail me change constamment. Revenir à mes racines n'est pas toujours chose aisé pour moi. Peut être que je prends beaucoup trop les choses à cœur que je m'emballes et ne démords pas, peut-être que je ne sais pas réellement qui je suis. Peut être que dans le fond ça m'est bien égal … Je sais où est mon essentiel et cela me suffit. Je n'ai pas besoin de superflu, pas besoin d'être remarqué ou distingué, seulement vivre comme je l'entends, ce qui ne signifie pas que je ne saches pas me montrer intéressé…


† SON PHYSIQUE

Je ressemble à bon nombre de mes congénères. Athlétique, je me maintiens au top de ma forme physique parce qu'il n'est pas conseillé de traîner la patte quand on galope un suspect dans les rues de San Diego. Je ne soigne cependant pas vraiment mon look ni mon apparence, il m'arrive de passer plusieurs jours sans toucher à un rasoir les jours où je ne travaille pas. Mais je sais parfaitement me fondre dans la masse et m'adapter au milieu dans lequel on souhaite me faire appartenir. Tel on joue un rôle duquel on ne parvint à se défaire. Je suis châtain clair aux yeux d'un bleu très clair, et pas vraiment la tête de l'emploi, bien que je sais jouer les flics arrivistes et autoritaires que l'on distingue avant même de voir leur plaque. Je sais que ma gueule plait aux femmes, cependant je fonctionne à l'affinité, ne m'arrêtant pas à un physique sexy et aguicheur ou à une intention à laquelle on cèderait bien. Néanmoins, j'ai des yeux pour voir. Je suis tout ce qu'il y a de plus banal en somme. La seule particularité que je peux encore mentionner reste le tatouage que je possède sur l'avant-bras gauche duquel figure le nom de mon petit ange, la plus importante de mes responsabilités et la source de mon plus grand bonheur.



† AUTRE CHOSE ?

Natif de San Diego, je ne sais s'il s'agit du fait que j'y réside depuis ma naissance qui me fait préférer ma ville à toute autre métropole de la côté ouest. Je suis loin d'ignorer la part d'ombre qui règne sur la ville et surement le mieux placé pour savoir que le taux de criminalité atteint des records malgré les moyens mis en œuvre pour la faire décroitre. Le pourquoi je suis devenu flic ?
Je me suis toujours pensé en digne défenseur de la ville, quand enfant j'entendais certains faits divers qui m'alarmaient, je m'étais toujours dit qu'un jour je serais comme ces hommes qui mettent leur vie au service de la population pour leur offrir ce qu'il faut de sécurité et de protection. C'était ça mon rêve. Et malgré mes désorientations et mes désillusions, je n'ai jamais cessé de poursuivre cette route là. Si je pensais qu'un seul homme pourrait faire la différence ? Peut être était-il là un souhait que je nourrissais, que je nourris toujours ... Ce besoin d'utilité, de responsabilité, de devoir et d'honneur. Et pourtant je suis loin d'être impeccable et inflexible. Autant on ne peut m'acheter et me corrompre autant au vu de certaines situations, il m'est plus que difficile de conserver mon objectivité. Parce que je ne peux qu'être un flic. Je suis aussi un homme avec ses croyances et ses convictions et qui plus est père de famille. En faire abstraction ? Un travail des plus complexes. Il ne m'est pas aisé de penser comme un flic et uniquement de la sorte.
Je sais que je suis toujours à la limite de l'acceptable et du tolérable, et bien que je peux enchaîner les blâmes, ils me valent une certaine efficacité et une réaction sous la pression que l'on ne peut m'enlever. On ne me pose pas facilement de cadre ni ne m'impose de manière de procéder bien que l'on dit de moi que je suis un élément à surveiller, jamais à l'abri du moindre écart. Mes états de service sont concluants, je m'en tiens à cela. Ma marginalité s'annule difficilement … Je reste un électron libre qu'il est périlleux de tenir sous contrôle.


† ET VOUS ?

PSEUDO : Bribri donc ^^
AGE : Douteux Razz
AVATAR : Paul Walker
COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? Hm il semblerait que j'en sois le fondateur ...
CODE RÈGLEMENT : Really ?
VOTRE AVIS SUR LE FORUM : Excellentissime !
AUTRE COMMENTAIRE ?
I'm Batman !

Code by swan


_________________


Speed & Determination ...

  Loves ... My essential ...


... :
 


Dernière édition par Terrence Lewis le Ven 29 Aoû 2014 - 1:42, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Lewis
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 13560
DATE D'INSCRIPTION : 07/09/2011
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Ven 9 Sep 2011 - 22:50


THE STORY OF MY LIFE  


Je suis né le 29/08/1984 à San Diego, en Californie. Cadet d'une fratrie de trois enfants, à l'éducation correcte et à l'enfance claire, je n'ai jamais manqué de rien et me considère plutôt comme chanceux lorsque je me prends à énoncer ma propre vie. Je suis très proche de mes deux sœurs, avec qui j'entretiens des liens très forts et pour qui me porter en protecteur a très vite était un devoir pour moi. Parce que j'étais le seul garçon de la fratrie, parce que bien que le second, je me devais de prendre soin d'elles. Nous avons tous trois étaient élevés dans le respect des valeurs de référence, dans l'altruisme et le savoir-être. J'ai toujours pris appui sur ma sœur aînée, Allhyxir, en qui je vois un certain exemple. C'est à elle que je me confiais le plus, et avec qui je n'ai jamais eu peur d'aller à contre sens pour qu'elle me recadre et me recentre. Parce que là où je ne voyais jamais clair, elle était toujours là pour me porter conseil et me rassurer. Et je pense qu'elle est la seule à me connaître aussi bien, sachant parfaitement me raisonner et me calmer quand toujours je répondais à l'impulsivité. J'avais plus de facilité à l'écouter elle, qu'à écouter mes propres parents. Ce n'était pas une question de préférence, seulement, elle savait trouver les mots. Et je pense qu'à l'inverse, elle ne craignait pas de me froisser ou de me brusquer, et lorsque c'était elle qui avait besoin de son petit frère, elle savait me trouver malgré le fait que ce soit à moi de la pousser quelque peu au dialogue.
Avec ma petite sœur, Abbigail, notre rapport été différent mais non moins nécessaire. Étant beaucoup plus jeune que moi, je lui épargnais les longs discours de morale et les cas de conscience auxquels je me heurtais. Je favorisais la spontanéité et je ne manquais pas une occasion de la taquiner. Je passais mon temps à la faire rire et je m'arrangeais toujours pour lui rendre la vie belle et agréable. Je la guide de la meilleure façon qu'il soit, pouvant lui accorder des heures entières à lui prêter l'oreille. Peut être que je la couve trop mais je sais bien que c'est plus fort que moi. Et indirectement je ne pense pas que cela lui déplaise, ne s'en étant jamais plainte, bien que je fais mon maximum pour ne pas l'envahir.

J'ai depuis tout jeune démontré une personnalité en marge des frontières, qui a toujours tout appris par expérience malgré les maintes mises en garde de mes parents, qui s'épuisaient à me rappeler à l'ordre, craignant pour ma propre vie que je mettais constamment en danger. Je ne savais si c'était par simple jeu, par défi, parce que je prenais goût à agir de la sorte, ou simplement parce que le fait de prendre des risques a toujours été inhérent à ma personnalité. Si gamin, je n'arrivais pas clairement à identifier cela avec exactitude, aujourd'hui, âgé de 29 piges, oui, je peux affirmer qu'il s'agit là d'une recrudescence de mon tempérament. Parce que c'est ainsi que je fonctionne.
À l'école, je n'étais pas un mauvais élève. Je vivais sur mes acquis, bien au dessous de mes capacités véritables, mais j'y trouvais mon compte. Je ne me poussais à mon maximum que là où je pensais l'utilité. Pour tout le reste, je me contentais du minimum bien plus économique. Avec les années, ce n'est pas tant que je rencontrais plus de difficulté, seulement mes fréquentations ne suivaient plus à l'identique. Ma passion pour les bagnoles, pour leurs moteurs gros volume et ce calibrage hors norme dans leur organisation, m'a très vite conquis. Et je pense bien avoir déteint sur ma grande sœur sur ce point. Il fallait bien que je lui apporte quelque chose … Pas forcément pour le meilleur, j'en conviens … Il m'arrivait de l’entraîner avec moi dans ce monde à part, dont elle se méfiait au départ. Peut être m'avait-elle suivit parce qu'elle ne parvenait à m'en détourner? Et puis, c'est ce monde là qui a fini par la prendre, elle aussi. Son petit côté déjantée et insoumise, sa soif de vie et de conquête, elle ne pouvait qu'adhérer, le laissant librement s'exprimer …
Je zonais avec ce groupe d'individus à la limite de la légalité, qui savaient vivre et s'éclater. On passait nos soirées à tirer des caisses pour s'enivrer de vitesse, s'enivrer de liberté et fuir tout le reste. Parce qu'on trouvait tous quelque chose qui nous était personnel et qui nous manquait, dont on avait cruellement besoin et que l'on obtenait que de cette façon. Avec le recul, je pris conscience qu'en réalité, ils n'étaient que plus paumés. Mais à longue, tout n'est qu'une question de point de vue. Des fous du volant, des tarés de la vitesse, des losers qui ne pourront finir que de la plus funeste des fins qui leur soit réservée. Mais nous, on se fichait bien de tout cela. Je trouvais dans ce groupe, dans cette attraction nocturne, dans cette sous-culture pour laquelle on était prêt à plonger inconscients des risques et des conséquences de nos actes, de quoi canaliser ma personnalité rebelle et d'extérioriser toutes ses angoisses qui m'envahissaient et cette instabilité constante que j'avais bien du mal à assumer au quotidien. Parce qu'elle me faisait bien trop souvent partir en vrille, parce qu'elle m'empêchait toute fixité, toute position, parce qu'elle m'enlisait plus qu'elle me réussissait.

J'adorais mes proches, je chérissais ma famille plus que tout au monde, mais j'avais besoin de cette fraction, de cet autre univers qui me saisissait tout entier et qui me comblait le temps d'une pensée, le temps d'une illusion, le temps d'une inconscience. Et bien que je ne mêlais pas toujours Ally à tous les coups que la bande et moi faisions, afin de lui éviter qu'elle fasse les frais de mes dérapages, elle était parfaitement en mesure de comprendre ce que je traversais et pourquoi je le faisais. Peut être m'avait-elle sauvé la mise plusieurs soirs… Des nuits au poste aux leçons de morale, en passant par les avertissements judiciaires pour responsabiliser ce gamin que j'étais qui conduisais sans permis et violait bien des lois avant même d'avoir atteint la majorité, j'en avais connu et pas des moindres. Je faisais souci à mes parents qui s'inquiétaient de l'avenir de leur fils qui filait du mauvais coton, alors que j'avais toujours eu la tête sur les épaules. Je connaissais la limite à ne pas franchir et ne la franchissait jamais. J'étais loin d'être un adolescent à la dérive, sans attaches ni rêve d'avenir, qui n'a pas de meilleur passe temps que de foutre sa vie en l'air pour seulement faire quelque chose. Non, j'étais différent des autres gars de la bande, je n'avais les motivations d'aucun autre, les envies d'aucun autre, les attentes de personne. J'avais mes motivations personnelles, mes propres attentes et mes penchants. J'avais parfaitement conscience que lorsque viendrait le temps de cesser les conneries, je serais capable de raccrocher et d'enfin répondre de mes actes. Sur cela, je savais Ally plus sérieuse que moi, et elle me le répétait souvent … Qu'il viendrait un jour où il faudra que ça cesse. Certains soirs, ce n'était pas aussi clair dans ma tête qu'à l'instant où je vous parle, mais soit.

Lorsqu'arriva le moment où la vie me fit face, à moi et à moi seul, m'obligeant à me responsabiliser, je mis un terme à mes activités illégales. Il y avait d'un côté les grandes études qui m'étaient indispensables pour faire de ma vie ce que j'avais décidé et intégrer l'école de police au sortir de mon cursus universitaire et puis il y avait l'amour. Rebecca Summers. Cette jeune étudiante en art dont l'étrange passion qui nous liait l'un à l'autre en étonnait plus d'un. Je n'avais jamais été très fort en matière de relations humaines, et encore moins avec les filles, ne leur apportant rien de plus que quelques heures de plaisirs voire quelques semaines bien sympathiques pour les plus chanceuses. Je pouvais aisément comprendre les suspicions et incompréhensions de mon entourage. On avait plus de différences que de ressemblances à notre actif mais j'étais sur d'une chose : j'étais éperdument amoureux d'elle. Elle avait su compenser ce déséquilibre qui me faisait parfois perdre les pédales, me combler de stabilité et de fixité, ce que j'avais tant besoin pour enfin réussir à me poser et canaliser l'abruptesse et l'incandescence de ma personnalité.

On attendit la fin de nos études respectives pour décider de s'installer ensemble, attendant que j'intègre l'école de police et qu'elle puisse enfin être reconnue en tant qu'artiste. Deux belles années de vie commune qui se solda par une officialisation d'union à l'obtention de mon diplôme et de mon grade. Jeune marié à tout juste 25 ans, le mariage n'était pour moi qu'un bout de papier supplémentaire à tant d'autre qui ne me pesait pas plus. Mais il avait de l'importance pour elle, alors j'avais fait ça dans les règles. Et puis on avait des projets. On voulait des enfants. Elle rêvait de s'installer à L.A, mais ma récente affectation à San Diego nous empêcha tout déplacement. Alors on s'était dit qu'on attendrait que je sois réaffecté lorsque j'aurais fait mes preuves et sois alors en position d'en faire la demande, pour le reste, on fut incapable d'attendre. Elle m'apprit qu'elle était enceinte un matin de mars. J'étais l'homme le plus comblé. On s'était dit qu'on attendrait la naissance de l'enfant pour connaître son sexe; Première échographie, c'était une fille. 9 mois plus tard, naissait notre petit ange, ma petite Stella, le 7 décembre 2009. Le plus grand bonheur de toute ma vie, mon essentiel, ma suffisance. La première année, bien que chaotique pour nous deux jeunes parents, pas vraiment expérimentés, mais si fiers de notre fille, passa si vite …
L'année suivante, entre le travail, ma prise de risque que Rebecca avait bien du mal à accepter, et mes horaires loin d'être idéales, nos rapports se dégradèrent peu à peu. Je faisais mon maximum pour être présent à ses côtés. Il ne se passait pas un jour sans qu'elle ne m'assomme de reproches. On passait nos soirées à nous engueuler plutôt qu'à nous retrouver. Elle me trouvait trop investi dans mon travail, elle se plaignait que je la délaisse, me soupçonnait des aventures qui n'avaient lieu que dans sa tête, parce que pour moi il n'y avait qu'elle et notre famille qui ne comptait. Vraisemblablement, j'ai échoué. Malgré les efforts que je faisais pour lâcher prise au travail, mes créneaux que j'essayais d'aménager au possible, notre condition de vie que je tentais d'améliorer pour qu'elle se sente bien, il y avait toujours quelque chose qui n'allait pas. Et pourtant, je croyais qu'on serait prêt à faire face à tout ça. Que tout couple connait des crises mais finit par les dépasser et n'en sortir que plus fort. Seulement, pas nous. Elle me rabâchait sans cesse qu'elle voulait quitter la ville et ça l'obsédait. Je comprenais ses craintes et ses angoisses, mais L.A n'était pas plus réputée pour son sens accrue de la sécurité. Je me battais corps et âme pour faire vivre notre couple que visiblement je soutenais seul durant quelques mois. Elle, n'essayait plus, se focalisant sur le négatif m'empêchant toute solution de secours. Elle évoqua le divorce. Je savais intérieurement à cet instant précis, que je l'avais perdu. J'avais eu beau multiplier les tentatives de reconquête à son égard, j'avais bien vu dans son regard que sa décision était prise bien avant qu'elle ne vienne me la soumettre. Mais je n'avais voulu voir les conséquences que cela entraînerait, et surtout ce que tout cela aurait comme répercussions pour Stella. Ma puce n'avait que deux ans … Elle était encore trop jeune pour comprendre. La déchirure que je connus de la savoir si loin de moi, de ne pouvoir l'avoir que les weekends et les semaines aménagées fut terrible d'acceptation. Ne plus pouvoir la regarder dormir paisiblement lorsque je rentre tard ... Ma fille, si innocente. Je ne dirais pas que je n'ai pas souffert de notre séparation. Ses mois de négociations à savoir comment on allait gérer la garde alternée, entre les déplacements, nos emplois du temps respectifs, la tempérance dont je devais faire preuve lorsque Rebecca se trouvait près de moi n'avait rien de facile. Mais on aimait tous deux énormément notre fille et je voulais que ça se passe le mieux possible entre nous pour elle. Je m'étais fait à l'idée que je ne la récupérerais pas, qu'elle avait tiré sur moi un trait définitif avec lequel j'avais du apprendre à vivre. Et qu'il était temps d'envisager un après dans l'intérêt de tous. Peut être étions-nous trop jeunes, peut être que l'âge n'avait rien à y voir, quoi qu'il soit, j'en étais là à présent, je me devais de faire face.

Avec les années, bien que cette épreuve reste la plus marquante et la plus difficile de toute mon existence, j'arrive à me dire « sans regrets ». Du fruit de notre amour, à présent éteint, était né notre petit ange. On l'avait tout les deux désiré, il n'y avait rien à regretter. Je n'étais plus amer. Ma rancœur à l'égard de mon ex-femme s'était atténuée tout comme la sienne dorénavant. Je lui versais une pension alimentaire bien plus supérieure que convenue parce que je voulais qu'elles ne manquent de rien en mon absence. Rebecca faisait autant de concessions que moi et ne me refusait pas de la voir, se faisant plus qu'arrangeante à ce niveau là. Nos rapports étaient formels, et c'était mieux ainsi. On communiquait dans l'intérêt de Stella, ça n'allait pas plus loin. Lorsque je faisais le déplacement sur L.A, elle était toujours disponible et avenante. Rebecca ne m'avait pas caché qu'elle voyait quelqu'un régulièrement. De la sorte, on évitait les conflits non avenus et les indiscrétions, et je ne voulais surtout pas que Stella tienne la place d'intermédiaire entre elle et moi. On était des adultes et veillons tous les deux à l'écarter de tout conflit. Le courant semblait passer plutôt bien entre son nouveau conjoint et ma fille, une idée qui était loin de me réjouir mais je m'en accommodais au mieux, c'était bien tout ce qui comptait. Seul me pesait l'éloignement et la distance qui me séparaient de ma puce, installée désormais à l'autre bout de la Californie. J'ai tant l'impression de passer à côté de sa vie… Et une telle idée me rend malade. Par bonheur, j'ai ma famille de mon côté et surtout mes deux sœurs adorées qui sont toujours là lorsque j'ai besoin d'elles.
Au taff, je gravis vite les échelons passant rapidement officier, me plongeant totalement dans les enquêtes qu'on me confiait, préférant faire cavalier seul, me permettant d'évacuer mes impasses et autres frustrations. J'étais un flic apprécié du service, bosseur et qui n'a pas peur de mettre sa vie en jeu sur des missions délicates. Le danger ne m'avait jamais effrayé. Mes peurs demeuraient ailleurs. J'étais fiable, et on pouvait toujours compter sur moi en cas de besoin. Seuls mes supérieurs gardaient un œil sur moi, connaissant mes méthodes qu'ils leur arrivaient de désapprouver, et ma manière d'agir lorsque j'étais sur une enquête en cours. Je ne lâchais que difficilement prise. Lorsque j'étais sur une affaire, je la conduisais jusqu'au bout. On me connaissais au bureau. Je ne prétends avoir que des amis, avec mon tempérament je doute que tout le monde puisse me supporter, néanmoins, l'ambiance restait vivable, j'ai mes têtes et ma conscience pour moi.

Quant à ma vie en dehors du boulot, une articulation de faits et de collection. Avec les femmes, du surfait et de l'instant, jamais rien de concret, surtout pas d'engagement. Plus les années passent, et plus je me prends à penser que je ne suis pas fait pour l'amour. Qu'il n'y a pas de place pour une femme dans ma vie, que je suis bien trop difficile à suivre. Que tout n'est qu'échec, que l'envie n'est plus franchement là. Je me suffis de l'amour de ma fille, n'attendant rien d'autre. Refaire ma vie n'est pas une de mes priorités. J'ai arrêté de me prendre la tête inutilement. Côté matériel, mes moyens me permettent de pouvoir faire quelques extras, les concessionnaires s'en ravissent, et tout ça légalement, je ne m'en prive pas. Au volant, ce fut l'appel du bitume qui reprit le dessus. Il avait suffit d'une fois pour me faire replonger. Pas de service ce soir-là, je surpris un rodéo urbain dans un quartier chaud de San Diego. Cette petite voix m'avait dit de passer mon chemin, qu'il n'est jamais bon de déterrer les cadavres, que j'avais plus à y perdre qu'à y gagner d'agir de la sorte… Mais j'étais fait pour ça … Ce soir, je n'étais pas là en tant qu'officier Lewis mais comme tout anonyme qui vient tenter sa chance un soir de veine. J'avais besoin de décrocher, de penser à autre chose en attendant désespérément la fin de la semaine. Je m'aligna aux restes des concurrents – trop tard pour faire marche arrière. Je renouais avec cette émotion égarée, d'être maître de sa destinée, de prendre enfin les commandes, et tant pis si ce n'était que temporaire. Un 400 mètres, retour aux traditions, vite fait bien fait. Ma Nissan écrasa ses rivales. Le flic que je suis était loin ce soir-là. Très loin. Je redevenais l'intrépide inconscient d'autrefois, qui fait toujours face. J'empochai l'argent mais demeurait toujours ce conflit en moi que je n'avais jamais véritablement résolu, n'ayant fait que lui tourner le dos. Suis-je l'un et l'autre à la fois ? Difficile à dire, mais du moment que tout reste sous contrôle, ça n'a pas franchement d'importance. Le travail reste au travail ce que mes activités nocturnes demeurent à la rue. Concilier les deux sans jamais les superposer … Une tâche que je dois mener continuellement et sans faute note sous peine de me voir radié de mes fonctions sans mais ni peut-être, surtout au vu du casier que je traîne déjà derrière moi ...

Si tout cela est représentatif de la vie de Terrence Lewis ? Je me porte alors garant pour ce qu'il reste à vivre …


Code by swan


_________________


Speed & Determination ...

  Loves ... My essential ...


... :
 


Dernière édition par Terrence Lewis le Lun 27 Oct 2014 - 0:24, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Ven 9 Sep 2011 - 23:03

Vraiment... faut-il vraiment qu'on en parle ? Rien que sur ROD ... hum....

De rien ^^

Non ça ne va pas faut que je m'active moi!

Revenir en haut Aller en bas
Terrence Lewis
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 13560
DATE D'INSCRIPTION : 07/09/2011
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Ven 9 Sep 2011 - 23:05

Hm peut être pas en public MDR

Wink

Ah mais non je vais perdre l'avantage sinon ^^

_________________


Speed & Determination ...

  Loves ... My essential ...


... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Ven 9 Sep 2011 - 23:09

Mmmm j'aime !
Toujours bien écrit comme d'hab' !
Hâte de lire la suite !! <3
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Lewis
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 13560
DATE D'INSCRIPTION : 07/09/2011
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Ven 9 Sep 2011 - 23:12

Héhé merci beauté <3
Danke Wink

_________________


Speed & Determination ...

  Loves ... My essential ...


... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE NIGHTWATCHMAN
Maitre Du Jeu
avatar
MESSAGES : 392
DATE D'INSCRIPTION : 04/09/2011
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Sam 10 Sep 2011 - 12:07

oulà ton groupe un c'est infiltré? *viens de remarquer* Bon je vais éditer les Pv alors ^^"
Enfin faut choisir t'es cops ou infiltré MDR (dis moi puis j'édite)

sinon joli tes textes ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rideordie.forum-canada.net
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Sam 10 Sep 2011 - 13:27

Voitures : "Titanium Nissan Skyline GT-R Egoist 2011 (de fonction) / Red Porsche 911 GT3 (citadine) ..." ça me rapelle quelque chose ça ! Rolling Eyes


"Choisis ton jouet ! "
- Ok alors 2206 j'en ai déjà démoli une, 3418 aussi et la 2765 ça va aller
- Ok et laquelle tu voudras ?
- Bah je prends les trois !"

Ahahahaha j'en connais un qui a regardé un peu trop Fast & Furious 4 Very Happy
<3


Revenir en haut Aller en bas
Terrence Lewis
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 13560
DATE D'INSCRIPTION : 07/09/2011
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Dim 11 Sep 2011 - 16:36

MDR non édite pas encore, je ne suis pas encore au clair avec moi-même Razz

Ouais Kaleigh, un peu trop c'est vilain ! Razz

_________________


Speed & Determination ...

  Loves ... My essential ...


... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Dim 11 Sep 2011 - 16:47

je vais te dire comme à) Lolo chéri, quand t'as finis ta fiche je vois avec le Pv mdr Razz
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Lewis
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 13560
DATE D'INSCRIPTION : 07/09/2011
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Dim 11 Sep 2011 - 17:03

Voila tu as tout saisit ma jolie Wink

_________________


Speed & Determination ...

  Loves ... My essential ...


... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Dim 11 Sep 2011 - 17:06

MDr bon on va stopper le flood hein Smile

et d'abord pas d'accord ton pseudo c’est pas J c'est Bribri non mais!

*12*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Jeu 15 Sep 2011 - 22:01

MON FREEEEEEEERE CHERIIIIIIIIIIIIII .... *43* :32*: que je vais prendre un malin plaisir à embêter Rolling Eyes

Un grand merci à toi !!!! *100* I love you

Mais tu restes Mon Roméo quand même ! *108*
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Lewis
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 13560
DATE D'INSCRIPTION : 07/09/2011
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ... Jeu 15 Sep 2011 - 22:06

Ptite soeur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! *90* *79* :*80*: c'est toi qui va en baver ma petite ^^

Mais non à toi Wink

Ah ça oui et toi Ma Juliette ! *75*

_________________


Speed & Determination ...

  Loves ... My essential ...


... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Terrence Lewis ...

Revenir en haut Aller en bas

Terrence Lewis ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama
» Lisa Lewis (fiche refusée)
» Ana Lewis
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ride Or Die : After that you run ...  :: AVANT TOUT :: Cartes d'identité :: Validées-
Sauter vers: