Partagez|

Because you live ¤ ft. Nicolaï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Oksana Invanova
avatar
MESSAGES : 1410
DATE D'INSCRIPTION : 10/03/2015
AGE : 35
MessageSujet: Because you live ¤ ft. Nicolaï Mar 17 Oct 2017 - 11:56

Because you live

ft. Nicolaï


« Because you live, girl, my world has everything to survive. »
La maison. Enfin ! Oksana n'aura jamais été plus heureuse qu’aujourd’hui de rentrer à la villa Invanov, après ces longues heures de voyage. La Russie est un merveilleux pays, chargé d'histoires plus heureuses que la sienne. Arrachée à ses racines très jeune, la brunette avait grandi dans un appartement miteux de San Diego, son père ayant fui le pays en pleine explosion. On ressentait encore dans leur petit village natal le poids de la guerre et ses conséquences. Ce qui avait le plus frappé Oksana durant ce voyage, c'était sas aucun doute le fait d'apprendre que l'une ses deux sœurs abandonnées par tirage au sort – presque – n'avaient pas survécu à la guerre et que l'autre restait introuvable à ce jour. Tous ces souvenirs en tête, la belle les avait ruminé durant le vol qui les ramenait à Los Angeles. Épaulée par son ami d'enfance, la jeune femme était heureuse de pouvoir décompresser avant de rentrer. Il fallait qu'elle vide son sac avant de retrouver le sourire.

Nicolaï n'avait pas pu venir, ses obligations l'avaient retenu et la jeune femme ne lui en tenait pas rigueur. Il était un homme puissant et ne pouvait pas décemment tout plaqué pour elle. Parfois, elle se prenait à rêver de ce moment qui n'arriverait peut-être jamais. Si Nicolaï et elle lâchait tout et s'exilait pour le reste de leurs jours, loin de toute la pression et des complots. Mais la Invanova était loin d'être malheureuse, bien au contraire ! Ceux qui la pensaient vénale à se taper un vieux pour avoir de l'argent n'ont rien compris. Cette rencontre, ce mariage, cet amour est plus que sincère et réel. Le mafieux est un homme fascinant quand on à la chance de le connaître et elle peut se vanter d'en savoir assez pour se poser en confidente. Elle n'a pas peur de lui contrairement aux autres. Elle, elle sait qui il est.

C'est pour cela que la vue de la villa lui procure un bonheur immense. Une vague de chaleur l'envahie lorsque la voiture s'arrête devant la grande porte où deux hommes sont postés. Cette surveillance est nécessaire mais cette sensation de protection ne lui fait ni chaud ni froid car à la fenêtre elle l'a vu, lui. Son réconfort. Curtis lui ouvre la porte en bon gentleman et s'affaire à sortir ses affaires tandis que la brune monte déjà les marches du perron. La porte s'ouvre sur le parrain et le cœur d'Oksana s'emballe comme la première fois qu'il lui a dit qu'il l'aimait. Comme lors de sa demande en mariage. Comme à chaque fois en fait. « Mon amour. » soupire-t-elle en arrivant à sa hauteur, son corps se collant fébrilement contre celui de l'homme imposant. Elle aurait voulu l'embrasser à pleine bouche, l'enlacer pour le plus le quitter mais les gardes du corps étaient bien trop présents. Elle se contentait de se blottir contre lui avant de rentrer dans leur maison, ce nid si douillet qui lui avait manqué. Pour ce soir, il était tard et Curtis allait repartir vers son appartement. Elle lui lança un dernier regard empli de gratitude avant que la porte de la villa ne se referme sur les époux Invanov, les laissant dans l'intimité la plus totale où ils pourraient laisser tomber les masques.

code by ORICYA.


_________________

   
LOVE RULES ★ Tu m'a trouvé là où nul ne serait venu me chercher. Tu m'a apporté la lumière qui manquait à ma vie, m'offrant une seconde chance... Je ne te dirais jamais assez combien je t'aime, Nicolaï Invanov ♥️ (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolaï Invanov
avatar
MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 01/10/2017
MessageSujet: Re: Because you live ¤ ft. Nicolaï Mer 18 Oct 2017 - 17:06



Because you live


feat. Oksana & Nicolaï Invanov


Nicolaï observait l’entrée de la fenêtre. Téléphone en main, il faisait des allées et venues, essayant de faire comprendre à l’idiot au bout du fil qu’il fallait vraiment suivre ses ordres à la lettre. Parfois, ses sbires manquaient cruellement d’intelligence. « Je ne te demande pas de penser, seulement de faire ce que je te dis. Ne prends aucune initiative si tu tiens à ta vie. » La voix plaintive qui essayait de lui présenter tout un tas de scénario se vit se faire raccrocher au nez dès qu’une voiture sombre se présenta.

Oksana, son épouse, rentrait à la maison. Nicolaï était particulièrement ravi de la voir revenir, ayant toujours un doute quant à sa sincérité. Oui, elle disait l’aimait mais leur mariage était seulement le ticket qui lui avait sauvé la vie. Alors il avait mis du temps à le croire. Il avait mis du temps à ouvrir son coeur, persuadé qu’il ne faisait qu’apporter le malheur sur ceux qui tenaient à lui. Cependant, un oeil aguerri pourrait percevoir son impatience. C’était dans de très légers tics : mains tremblantes et moites, comme un adolescent à son premier rencard. S’apercevant de cela, il attrapa une serviette et les essuya sans s’éloigner de trop de la fenêtre. Il fallait qu’elle revienne saine et sauve. Il était le parrain de la mafia et portait un masque d’inhumanité la plupart du temps. Elle seule connaissait ses faiblesses et c’était bien pour cette raison qu’il n’aimait pas qu’elle soit trop loin de lui.

Sa charmante épouse avait décidé de faire un voyage dans leur pays d’origine, la vaste et autrefois impériale Russie. Lui était né sur le sol américain mais ses parents lui avait transmis toutes les valeurs de ce pays, cette rigueur, cette froideur aussi. Peut-être également le goût du sang... Elle, elle recherchait ses soeurs. Oh, il pouvait bien comprendre ce besoin mais cet ami d’enfance était de trop à son avis. Jaloux ? Non. Juste possessif. Il détestait que l’on pose les yeux sur Oksana. Il l’avait faite sienne et elle n’était plus l’escort girl essayant d’attirer l’attention d’hommes pour gagner sa vie. Il l’avait sortie de la rue et la belle pouvait dépenser sans compter. Il la voulait heureuse. Une femme heureuse était une femme qui ne trahissait pas. C’était une chose apprise d’expérience. S’il avait seulement pu l’accompagner lui-même.

Il soupira. Son rêve, une jolie maison au bord du pacifique, au bout du monde flottait devant ses yeux. Oksana, vivant en bikini, profitant avec lui des cocktails au bord de la plage, un coucher de soleil... La paix. La sérénité. Une retraite bien méritée. Seulement, son fils, quoique bon élève n’était pas prêt à ses yeux. Le moteur de la voiture se rapprocha et l’homme mûr sortit de la pièce pour emprunter le grand escalier de marbre blanc. Posté derrière la porte d’entrée, lorsqu’on l’ouvrit pour permettre à la lumière de sa vie d’entrer, lui restait droit et impassible. Même son regard se faisait dur, bien plus dur que voulu. Il y avait des témoins et il n’était pas le genre d’hommes à aimer montrer ses sentiments en public, sauf la colère. Le corps féminin se pressa contre le sien, faisant légèrement réagir une partie de son anatomie. Cette diablesse... Fixant le nommé Curtis d’un air méfiant, Nicolaï referma possessive ment son bras sur la taille d’Oksana. Ce ne fut qu’une fois seuls qu’il vint chercher ses lèvres. « Bienvenue à la maison. »

Sans attendre, il profita de son bras sur sa taille pour la basculer et passer son bras libre à hauteur des genoux. La jeune femme bien installée dans ses bras, il l’emmena jusque dans l’ascenseur. Ils devaient discuter en privé. Une fois dans leur chambre, il la déposa délicatement dans un fauteuil et passa une main affectueuse dans ses cheveux. « Est-ce que tout s’est bien passé ? ». Observant son épouse, il attendait son rapport. Il avait besoin de tous les détails pour mesurer s’il devait tuer quelqu’un ou non. D’ailleurs, il se souvint avoir un italien en stock à la cave. Il lui faudrait peut-être vérifier son état... Se redressant, sa main glissa jusque sur l’épaule, prolongeant le contact. Finalement, il leur servit à chacun un verre de vodka. « Tiens », dit-il en lui tendant le verre.



by FRIMELDA


Dernière édition par Nicolaï Invanov le Sam 21 Oct 2017 - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oksana Invanova
avatar
MESSAGES : 1410
DATE D'INSCRIPTION : 10/03/2015
AGE : 35
MessageSujet: Re: Because you live ¤ ft. Nicolaï Ven 20 Oct 2017 - 20:05

Because you live

ft. Nicolaï


« Because you live, girl, my world has everything to survive. »
San Digeo, une ville mal famée mais qui pourtant tenait à cœur à la brunette. C'est là qu'elle avait grandi, passant le plus clair de son temps dans la rue pour ne pas se faire frapper par son père. La vie n'avait jamais été facile pour Oksana, qui portait le poids de l'abandon sur ses épaules depuis l'enfance. Une culpabilité qui s'était accru durant ce voyage en Russie, mais qui lui avait permis de faire le deuil du passé d'une certaine manière. Le monde de la mafia, ce côté obscur, elle l'avait accepté très tôt et bien qu'elle n'ait pas eu le choix en premier lieu pour faire vivre ses cadets, elle pouvait presque dire aujourd'hui qu'elle était contente d'avoir vécu ça. Oh pas la partie morceau de viande qu'on prend pour un soir ou pour une nuit, non ça c'était toujours difficile à se rappeler, surtout quand on sait qu'elle a bien souvent accepté d'aller au-delà de son travail d'escort de base en couchant avec ces hommes pour un supplément sur la facture. Non, ce qui permet à Oksana d'être heureuse de cette partie de sa vie, c'est sa rencontre avec son époux, celui qui lui a redonné espoir en la vie et en l'humanité. Un bien grand mot quand on sait que Nicolaï n'est pas très porté sur « l'humanité » étant le baron de la pègre la plus influente de San Diego et de l’État.

Le danger n'a jamais arrêté la belle brune et tomber dans les bras de l'être le plus cruel ne lui a pas fait peur. Oksana a eu la chance de passer des moments particulièrement intimes avec le parrain bien avant que leur relation ne s'officialise. De longues soirées à parler, de tout et de rien, de sa défunte femme parfois, jusqu'à ce qu'il se sente prêt à passer à autre chose, se donnant à elle. Flattée d'intéresser le mafieux, elle s'est senti perdre pied avec lui, tombant amoureuse malgré les revendications de certaines de ses amies qui lui conseillaient de voir plus de clients, de ne pas s'attacher. Mais c'était trop difficile de rester loin du charisme du Invanov.
D'ailleurs, ces quelques semaines loin de lui l'ont fait souffrir. Depuis maintenant six ans qu'ils sont mariés, la miss n'a jamais cessé d'être attiré par son époux. Il est réconfortant comme un père et fougueux comme un étalon, tendre et brutal à la fois. Oksana ne saurait expliquer la chose mais cette tension est bel et bien présente dans l'air quand les deux se retrouvent dans la même pièce, comme des adolescents déréglés hormonalement.

À son arrivée à la villa, le Invanov est là. Il l'attend malgré l'heure, planté comme un piquet. Son aspect froid ne dérange pas la jeune femme, bien qu'elle se demande tout de même s'il va bien. Sa mine sévère pourrait presque la décourager de s'approcher si elle ne savait pas que cela n'était que de la pudeur. Pas d’effusions en public, c'était clair pour la jeune femme qui acceptait sans broncher. Elle n'avait pas le choix de toute façon ! Se serrer contre lui était tout ce dont elle avait besoin à présent. Respirant son odeur, Oksana frissonna de sentir la main de son époux sur sa taille. Ce geste lui avait manqué. Curtis n'était pas avare de soutien et d'accolade mais il était comme un frère pour elle et bien que ça lui fasse du bien, ça n'était pas comparable avec les mains de Nicolaï. Rien ni personne ne pouvait être comparé à lui aux yeux de la Russe qui savourait chacun de ses baisers dans l'intimité la plus totale.

Oksana lâcha un couinement de surprise et un rire léger lorsque le mafieux la souleva de terre, entourant sa nuque de ses bras frêles pour ne pas glisser. Son sourire était revenu, plus sincère et franc que ceux qu'elle avait servi durant les trois dernières semaines. L'embrasser, entendre sa voix, l'avoir pour elle seule était tout ce qui comptait à présent. Le couple ne tarda pas à rejoindre la plus grande chambre de la maison, la reine se laissant déposer comme une fleur sur le fauteuil où elle avait l'habitude de lire parfois avant d'aller dormir. Ses mots l'envahirent et bien que le séjour n'ait pas été de tout repos, la brune devait bien lui raconter un peu ce qui s'était passé. « Oui, dans l'ensemble. » dit-elle en levant les yeux vers lui, resté debout près d'elle. Ses yeux brillaient de tristesse et de soulagement, ne laissant qu'une solution à son époux. Un petit verre de vodka. Une grande idée ! Oksana pourrait se détendre. « Merci. » dit-elle en attrapant le verre. Elle lui fit une place à ses côtés pour qu'il reste au plus près durant son récit. Elle lui exprima sa gratitude de lui avoir permis de faire le voyage, tout en  regrettant son absence. Entre deux gorgées, elle lui dévoila le plus important : « … Malheureusement, Lydia est décédée peu après notre arrivée aux États-Unis. Et Nadeshda a disparu vers ses dix ans... Pas vraiment ce que j'espérais. Je n'savais pas à quoi m'attendre vraiment. » La Invanova se sentait coupable en partie, bien qu'étant très jeune à l'époque. Appuyée contre son époux, elle le rassura tout de même sur la suite de leur voyage, précisant qu'elle avait tout de même pu profiter de découvrir la capitale – avec Curtis oui.. - et ramené des souvenirs. Elle lui gardera la surprise de l'achat d'une bouteille d'alcool hors de prix pour le petit peuple qu'elle lui ramenait en cadeau.

Pour l'heure, le cadeau, c'était elle et elle comptait bien s'offrir à lui lorsqu'il serait satisfait des réponses apportées. « Je suis heureuse de te retrouver. Tout s'est bien passé pour toi ici ? Comment vont les enfants ? » Bien entendu, la première question concernait ses affaires plus ou moins légales dont elle connaissait parfaitement la nature pour s'y impliquer et trouver des approches commerciales novatrices grâce à son diplôme. Mais la deuxième était tout aussi importante pour elle. Bien que les deux aînés Invanov ne soient pas spécialement fan de leur belle-mère, celle-ci espérait les retrouver en bonne santé. Elle avait même des cadeaux pour eux, qu'ils balanceraient sûrement mais qu'importe ! Le seul qui lui ait vraiment manqué dans le lot était Yulian. Lui était doux, une pièce rapportée dans la famille lui aussi. Il était ce qu'Oksana avait de plus proche d'un fils bien qu'elle était trop jeune pour l'avoir mis au monde lui aussi.

code by ORICYA.


_________________

   
LOVE RULES ★ Tu m'a trouvé là où nul ne serait venu me chercher. Tu m'a apporté la lumière qui manquait à ma vie, m'offrant une seconde chance... Je ne te dirais jamais assez combien je t'aime, Nicolaï Invanov ♥️ (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolaï Invanov
avatar
MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 01/10/2017
MessageSujet: Re: Because you live ¤ ft. Nicolaï Sam 21 Oct 2017 - 14:46



Because you live


feat. Oksana & Nicolaï Invanov


San Diego portait en son sein des honnêtes gens comme des criminels. Bien sûr, à force de vivre dans cette part obscure de la ville, Nicolaï lui même peinait à imaginer une ville tranquille. Chaque famille avait ses démons et lui-même n’échappait pas à la règle. Finalement, mieux valait parfois être ce démon plutôt que le subir. C’était bien évidemment cette voie que le parrain de la mafia russe avait choisie, aujourd’hui plus que jamais. Pourtant, il aspirait de plus en plus à sortir de la pègre, à pouvoir vivre une retraite loin des armes, du sang et de la mort. La vie malheureuse de la femme qui partageait sa vie n’était pas un secret. Les filles qui vivaient de leur charme avaient souvent eu des enfances compliquées. Oksana n’échappait pas à cette règle et peut-être qu’au fond Nicolaï était l’image paternelle qu’elle recherchait. La différence était que lui n’avait jamais payé et la jeune femme n’avait jamais bronché. En même temps, qui oserait ? Il avait senti l’ascendant qu’il avait sur elle et leurs discussions lui faisaient alors du bien. Il lui avait donc proposé un choix parfaitement rationnel : l’épouser ou mourir. Oui, Nicolaï était parfaitement conscient que laisser courir une femme libre connaissant autant de secrets sur lui était dangereux.

Une part de lui restait méfiant. Il avait appris à l’aimer. Bien sûr, elle ne remplacerait jamais son amour perdu, le véritable. Elle avait quelque chose d’attachant. Il la regardait travailler dur avec son diplôme en commerce pour faire avancer ses affaires. Il ne disait rien, mais il l’observait constamment. Peut-être se pensait-elle en sécurité à ses côtés. Elle avait bien raison de le croire, il se maintenait en forme et savait se défendre. Pour autant, au moindre signe de trahison, il n’hésiterait pas une seconde à l’abattre. Ses sentiments, il les maîtrisait, ou il aimait à le croire. Oksana lui donnait le sentiment d’être aussi jeune qu’avant et avait le pouvoir d’effacer sa fatigue.

Même lorsqu’il l’attendait depuis plusieurs heures, comme présentement. La stature droite, il respirait la rigueur slave qui avait fait sa réputation. Le visage fermé, il l’observa avancer vers lui et la sentit se presser contre lui. Trois semaines sans sentir ce corps contre le sien ne tardèrent pas à troubler l’homme plus qu’il ne l’aurait voulu. Il n’avait pas honte, c’était son épouse et elle lui avait manqué. Refermant un bras possessif autour de sa taille, jusqu’à la soulever. Il ne fallait plus maintenant perdre du temps avec des faux semblants et retrouver leur intimité. Notamment parce que ce Curtis l’agaçait prodigieusement, quand bien même il ne mentionnait pas la jalousie qui le dévorait.

La déposant délicatement, il ne lui sauta pas dessus directement. Non. Nicolaï était un homme ayant tout de même une certaine prévenance et il n’entendait pas la violenter. Il lui demanda donc comment s’était déroulé son voyage et elle répondit une phrase qui le fit tiquer. Dans l’ensemble. Il y avait donc eu des problèmes. Curtis avait-il essayé de lever la main sur elle ? Oui. Au fond il n’attendait qu’une opportunité pour abattre un rival. Nicolaï n’aimait pas la compétition et avait tôt fait d’éliminer ceux qui le gênait. C’était bien ainsi qu’il fonctionnait. Les partenaires, depuis la première trahison, lui avaient fait comprendre qu’ils vendaient de l’illusion. Il fallait simplement être le plus rapide. Les yeux tristes de la jeune femme ne lui échappèrent pas. Il lui servit donc un verre de vodka et le lui tendit. Voilà qu’elle l’invitait à s’assoir. Il n’en avait pas l’envie mais apparemment cela se faisait alors il accéda à sa demande. Finalement, elle avoua enfin ce qui la chagrinait. Ses soeurs. « Cela faisait des années que tu ne les avais vu. Peut-être cela vaut-il mieux. Garder les meilleures images d’elles sans craindre d’être déçue par une évolution qui ne t’aurait pas convenu. » Philosophe ? Oui. Lui même avait perdu un frère auquel il avait beaucoup tenu. Il en souffrait toujours mais parfois il se prenait à penser que leur relation aurait pu se dégrader. Au moins, il avait eu un frère à regretter. « Des cadeaux ? Pour qui ? » demanda-t-il pour poursuivre la conversation. En réalité, les cadeaux, il s’en fichait pas mal. Ramenant ses yeux sur elle alors qu’elle exprimait être heureuse de le retrouver, il restait surpris qu’elle s’intéresse à ses enfants. « Moi ? Rien d’inhabituel. Quant aux enfants, je n’en sais strictement rien. Ceci dit, je dois avoir une conversation avec Misha, il ne pourra jamais mener l’organisation correctement s’il continue dans cette voie. » Particulièrement exigeant avec son fils, le parrain ne lui laissait rien passer. De moins en moins d’ailleurs. Quant à Yulian, Nicolaï regrettait de plus en plus de ne pas s’en être débarrassé. « Je songe de plus en plus à prendre ma retraite. Je voudrais prendre le yatch et partir avec toi dans un petit coin de paradis », commença-t-il en passant un bras autour de la taille de la jeune femme tout en soupirant. « Nous trouver une plage de sable blanc, boire des cocktails, vivre paisiblement. Fonder notre famille. » Oui, il venait bien d’avoir ces mots là. Il parlait vraiment de laisser les enfants de son premier mariage derrière lui. Il envisageait de complétement tourner une page. Glissant ses doigts sur la taille fine, il l’attira à lui doucement. « Mais je suis le seul à pouvoir tenir ce rôle pour le moment. » Il soupira, un peu las. Oh, il lui cachait encore un certain nombre de choses.



by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oksana Invanova
avatar
MESSAGES : 1410
DATE D'INSCRIPTION : 10/03/2015
AGE : 35
MessageSujet: Re: Because you live ¤ ft. Nicolaï Ven 27 Oct 2017 - 4:51

Because you live

ft. Nicolaï


« Because you live, girl, my world has everything to survive. »
Cet homme, cette stature propre à sa personnalité marquée. Son visage, son corps, tout faisait frissonner Oksana en descendant de la voiture. Elle aurait voulu s'abandonner à lui là, sur le perron et tout oublier de ces dernières semaines et de tout le passé en général. Avec lui, c'était le moment présent qui comptait, parce qu'on ne sait pas de quoi sera fait demain dans ce monde. La brune s'en est accommodé depuis bien longtemps et a appris à faire preuve de plus de patience depuis cinq ans qu'elle est mariée à Nicolaï. Les gens la pensent être une poule de luxe qui aime se faire couvrir de bijou en attendant que le vieux riche claque mais il n'en est rien. Ce qui a intéressé la miss ne fut pas son portefeuille mais bien sa compagnie en premier lieu. Ensuite ce fut son corps et après son argent si l'on veut le dire. Elle a toujours galéré, depuis l'enfance et sa venue dans ce pays. Mais elle n'est pas pour autant vénale et prête à tout pour avoir de l'argent. Elle en mourrait s'il arrivait quelque chose à son époux. Il lui était si précieux et Oksana n'avait pas à rougir de ses sentiments. Seul l'amour et la sincérité l'habitaient lorsqu'elle pensait à lui, cet homme pourtant si dangereux, capable de tuer à la moindre incartade. Peu importe. Quitte à mourir, autant que ce soit de ses mains car ils seraient ensemble pour son dernier souffle.

Ne pensant plus à tout ça, la belle se laissa emporter dans la chambre à coucher, ravie de se faire escorter d'une si jolie manière lui rappelant la première fois où elle avait passé cette porte de la sorte, après leur mariage. Un moment magique, durant lequel était présent les gens qui comptaient. La jeune femme ne regrette pas de ne pas avoir invité ses parents, ils n'auraient pas compris son union avec Nicolaï et auraient cherché à en tirer profit, parce que son père est un homme abject qui ne mérite pas de vivre. Oksana le pense sincèrement, lui qui lui a fait vivre l'enfer et dont elle gardera les séquelles mentales et physiques à vie, il n'était plus rien pour lui, il ne l'avait jamais été et ce voyage lui a trop bien rappelé l'horrible geste qu'il a commis en abandonnant deux petites filles dans une Russie en guerre, seules et perdues. Elles n'ont pas survécu, du moins pour l'une d'entre elles puisque Nadeshda est toujours considérée comme disparue sur les registres du village. Oksana prit une longue gorgée de vodka, appréciant toujours autant la sensation de brûlure dans la gorge, comme un salut pour son inconscient. Son époux a parfaitement raison, ce devait être mieux ainsi. Il trouve toujours les mots justes pour exprimer ce que personne ne pense et alors qu'elle fait rouler l'alcool dans sa bouche, la brune acquiesce. « C'est vrai. Elles sont en paix. » conclut Oksana après avoir avalé sa boisson.

Il lui faut continuer son récit et la fin est plus légère. Elle ne parle pas plus que ça de Curtis, sauf pour exprimer une fois le soulagement d'avoir un ami à ses côtés. La Russe sait que son mari n'aime pas que d'autres hommes soient proche d'elle, qu'ils la convoitent mais il n'en est rien pour l'Américain qui montre une dévotion sans pareille à son égard et à la mafia du coup. Mais Nicolaï n'est pas un homme qui accorde sa confiance au premier venu. Elle le sait car il le lui a dit bien des fois lors de leurs entrevues nocturnes, bien avant de s'unir. Oksana connaît cette facette fragile qu'il cache aux yeux de tous, cette part de sensibilité qu'il exprime avec intelligence et qui le rend plus fort au quotidien d'une certaine manière. C'est de cet homme qu'elle est tombée amoureuse. Celui pour qui elle ferait tout s'il le lui demandait, parce qu'il est ce qu'il est, entier.

Rien ne lui échappe mais à son épouse non plus et bien qu'elle passe rapidement sur les cadeaux, lui promettant de lui montrer rapidement, elle soutint son regard en lui demandant des nouvelles des enfants. Aucun n'est d'elle, non. Ils sont bien trop vieux pour ça et c'est peut-être cette proximité d'âge et le fait que deux d'entre eux ne supporte pas d'avoir une bimbo pour belle-mère qui fait tiquer le parrain. Bien que les relations soient tendues avec les deux aînés, Oksana souhaite tout de même qu'ils se portent bien, cherchant à briser les barrières entre eux. Misha est coriace comme son père, quoique lui a déjà menacé sa vie contrairement à son père. Elle n'en a jamais rien dit, pour ne pas voir la colère du patriarche s’abattre sur lui mais cette claque qu'elle lui a donné ce jour-là lui est resté en travers de la gorge. L'ego de Misha avait été froissé et les deux n'en parlaient plus, ne SE parlaient plus vraiment.
Et d'après les paroles du Invanov, l'héritier n'était pas encore prêt pour prendre sa place. Oksana hocha la tête en signe de compréhension mais sans un mot pour objecter ou défendre le blond. Elle ne pouvait pas trouver les mots pour lui, comme pour la princesse de la maison, peu ravie de voir une reine prendre la place de préférée dans le cœur de Nicolaï.

Et puis il y a ces phrases qui suivent. Et ce geste de proximité qui allume une petite étincelle chez Oksana. Écoutant attentivement, un sourire se dessine sur ses lèvres, les yeux perdus dans ceux de son mari. Le yacht, la plage déserte, une famille à eux... Une certaine émotion envahissait le cœur et tout le corps de la jeune femme qui ne rêvait que de cette vie qu'il peignait pour eux. Une vie encore trop lointaine quand on sait que le parrain n'abandonnera pas son trône comme ça, à n'importe qui et encore moins à son fils s'il ne change pas... Les derniers mots n'étaient pas réjouissants pour le couple mais Oksana refusait de perdre espoir. Elle se serra un peu plus contre Nicolaï, posant son verre pour avoir les mains libres. « Tu sais que je ne rêve que d'une vie avec toi dans ce paradis. » dit-elle en pivotant sur le fauteuil pour passer ses jambes par-dessus celles de son époux et nouer ses bras autour de sa nuque. « Je ne dirais pas que je ne suis pas pressée de voir ce futur se réaliser mais je serai patiente. Je suis à toi pour toujours. » affirma la belle brune en caressant la nuque de l'homme, rapprochant son visage pour dévorer ses lèvres qui lui ont tant manqué pendant ces semaines. Et si tôt que le contact est établi entre eux, Oksana ne veut plus se détacher, plus jamais. Et elle le lui fait savoir en se pressant contre lui, cherchant à garder ses lèvres jalousement.

code by ORICYA.


_________________

   
LOVE RULES ★ Tu m'a trouvé là où nul ne serait venu me chercher. Tu m'a apporté la lumière qui manquait à ma vie, m'offrant une seconde chance... Je ne te dirais jamais assez combien je t'aime, Nicolaï Invanov ♥️ (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolaï Invanov
avatar
MESSAGES : 21
DATE D'INSCRIPTION : 01/10/2017
MessageSujet: Re: Because you live ¤ ft. Nicolaï Sam 4 Nov 2017 - 18:30



Because you live


feat. Oksana & Nicolaï Invanov


Nicolaï retrouvait une épouse depuis longtemps partie visiter leurs terres natales. Cette relation avec Oksana était spéciale, quand il y pensait. Il ne lui avait pas vraiment laisser le choix : soit elle l’épousait, soit elle mourrait. Il n’aurait jamais du se confier de la sorte avec l’escort girl, mais elle était arrivée à un moment de sa vie où il avait besoin d’une oreille attentive. Il n’avait jamais physiquement abusé d’elle, préférant les longues conversations. Son deuil n’était pas encore fini alors. Oui, il n’avait jamais vraiment voulu se remarier, et encore maintenant, il ne pouvait s’empêcher de s’en méfier. C’était sa nature. Au moins, il faisait une bonne affaire : il n’avait jamais rémunéré la jeune femme. Et il n’en aurait pas besoin. C’était un service à domicile, voilà la différence. Ce discours bien rôdé qu’il se répétait à longueur de temps lui servait à masquer ses émotions. Bien sûr qu’il l’aimait. Il n’était pas amoureux. C’était pour les jeunes gens. Il était très attaché à elle. Suffisamment pour ressentir de la jalousie quand il la voyait revenir avec ce Curtis. Il n’aimait pas Curtis et ne le cachait pas vraiment. La moindre trahison leur coûterait la vie et Nicolaï était plutôt innovateur dans le domaine. Si elle pensait qu’ils seraient ensemble, elle se trompait lourdement. Il la tuerait oui, mais il se ferait un plaisir de la regarder mourir de loin. Ce ne serait en rien ce qui pouvait devenir une belle tragédie grecque.

Chassant ses noires pensées de son esprit, l’homme d’âge mûr accueilli son rayon de soleil en l’emportant lui même jusque dans leurs appartements privés. Là où Oksana y voyait du romantisme, c’était pour lui la seule manière de marquer ostensiblement son territoire. Tant qu’elle serait heureuse, elle n’irait pas voir ailleurs. Et s’il avait bien compris une chose, c’était qu’elle voulait se sentir protégée et aimer. Il lui donnait donc ce qu’elle voulait, la satisfaisait, mettant parfois ses propres désirs de côté. Il jouait un rôle mais il n’était pas difficile de prétendre quand les sentiments étaient eux bien réels. Maintenant, elle avait perdu une soeur. Comme lui un frère. La blessure lui brûlait toujours le coeur. Il n’eut cependant à la bouche que des mots amers. Ceux issus de son expérience probablement. Elle n’aurait jamais retrouvé celles qui avaient été laissées derrière. Des ombres. Mais jamais leur lien de soeur ne se serait rétabli.

Ecoutant attentivement Oksana lui expliquer son périple, il s’était installé à côté d’elle, essayant de prêter une oreille attentive. Nicolaï n’était pas un homme doté d’une grande patience. Il était même plutôt égoïste parce que pendant qu’elle parlait, lui ne pensait qu’à ses propres petites affaires. Ce que la russe prenait pour une part de fragilité, c’était aux yeux de Nicolaï de la clairvoyance. Il fallait toujours réfléchir à toutes les possibilités et c’était bien sa capacité d’anticipation qui lui avait permis de s’élever jusqu’à sa stature actuelle. Diriger la mafia, ce n’était pas donné à tout le monde. Son fils en était le parfait exemple.
D’ailleurs, la conversation dériva sur les enfants. Nicolaï aimait bien jouer les insensibles. Il sentit son coeur fondre en observant les yeux de son épouse. Quelle sollicitude. Quelle douce créature. Cette bonté et cette prévenance dont elle était capable semblait ranimer son humanité. Il savait que son choix ne leur plaisait pas mais il s’en fichait bien. Ils étaient là pour servir, fin de l’histoire. Et si jamais il apprenait que Misha, cet enfant gâté et arrogant, avait menacé Oksana, il n’aurait aucun scrupule à lui rappeler à qui il devait sa vie en premier lieu. Il marchait sur un fil mince et l’ignorait probablement, trop aveuglé par des néons de clubs et autres business qu’il abandonnait facilement. Ses rêves de vie paisible sur une île des caraïbes pour devenir un homme bien s’envolaient donc. Oksana n’osa pas prendre parti et cela, Nicolaï le nota mentalement. Cela l’agaça même et une colère sourde commença lentement à monter en lui.

Il la sentit se presser contre lui, ses courbes tendres et généreuses promettant un confort des plus agréables. Elle posa son verre et il se retrouva avec Oksana sur lui. Nicolaï la toisa un moment du regard. Une vie dans ce paradis décrit. Oui. Oui il savait qu’elle en mourrait d’envie, il ne disait d’ailleurs pas ces mots là à la légère. Une main vint se poser sur l’une des deux jambes et remonta jusqu’à la hauteur du genou. Il la caressait comme il aurait pu caresser un chat : machinalement. Il baissa les yeux, se perdant dans des pensées sombres. Elle voulait cette vie d’île paradisiaque, de cocktails et une famille. Elle affirma pouvoir être patiente et être à lui pour toujours. Le parrain la trouva mièvre. C’était cette part de lui qui lui avait permis de survivre. Mais l’autre, celle qu’Oksana avait su ranimer, ne put qu’être attendrie.

La belle ne tarda pas à réclamer un baiser auquel il répondit en premier lieu avec une certaine légèreté. Les mots revinrent flotter dans son esprit. Elle voulait une famille. Elle voulait une vie loin de la mafia. Elle ne disait rien contre Misha. Y aurait-il un complot dans l’air ? Ses yeux s’étrécirent alors que le baiser se fit plus violent. Attrapant les poignets de l’escort girl, il l’obligea à basculer. Une fois au dessus, il revint à la charge, capturant ses lèvres, les mordant même dans une rage qu’il peinait à contrôler. Ses mains glissaient le long des flancs de son épouse, jusqu’à atteindre la fin du tissus qu’il remonta rapidement. Il avait toujours été passionné. Il ne savait rien faire avec tendresse. Et il aimait dominer. Elle était à elle après tout, elle le lui avait si bien dit. Dérivant dans son cou, il la maintenait toujours sous lui de ses mains puissantes. Mains qui, commencèrent à descendre vers une petite aire de jeux qu’il maîtrisait plutôt bien.



by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Because you live ¤ ft. Nicolaï

Revenir en haut Aller en bas

Because you live ¤ ft. Nicolaï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Vive le Naheulband en live !!!!
» XBOX LIVE NHL12
» Ghost in the shell : un remake en live ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ride Or Die : After that you run ...  :: SAN DIEGO :: Quartier Est :: Allied Gardens :: Logements :: Villa des Invanov-
Sauter vers: