Partagez|

Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Declan O'Brady
avatar
MESSAGES : 51
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2015
MessageSujet: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Lun 21 Sep 2015 - 14:41

Declan n’avait jamais été un amoureux des livres, préférant largement passer son temps à l’extérieur plutôt qu’à rester sagement enfermé. Il n’avait jamais été studieux, non plus, et prendre un livre pour s’assoir sagement sur un fauteuil ne faisait pas partie de sa personnalité. Lui qui aimait se poser préférait largement peindre ou dessiner, ou jouer aux jeux vidéo. Les jeux vidéo avaient accompagné une grande partie de son enfance et de son adolescence, en réalité… s’il n’était pas dehors, il était sur sa console, et il n’était guère difficile de le retrouver. Il était un garçon calme et patient, mais les livres n’avaient jamais été ses plus grands amis.
Et cela ne s’était jamais démenti, en réalité. S’il aimait, à l’occasion, ouvrir un magazine –faisait s’exclamer quelques uns de ses amis à la fac, Declan savait donc lire !- , il n’était guère friand de bouquins poussiéreux. Et pourtant. Il avait fait médecine, ce qui impliquait d’apprendre dans un tas de livres plus barbants les uns que les autres. Les os de la main était l’un de ceux qu’il avait le plus détesté, d’ailleurs. Mais même s’il n’avait guère apprécié, l’expérience lui avait été d’une grande aide lorsqu’il s’était présenté au concours de l’Académie de Police. Lui qui avait, par obligation, passé les dernières années le nez dans les bouquins savait exactement quel méthode adopter pour travailler efficacement, et se coltiner les textes de lois et les circulaires rébarbatives.

C’était d’ailleurs pour ça qu’il errait dans le centre-ville de San Diego, en réalité. L’un de ses collègues lui avait indiqué une librairie où il trouverait son bonheur, et il avait des textes de lois à réviser. Passer inspecteur était un projet encore lointain, mais vu la masse de travail et le peu de temps libre dont il disposait, s’y prendre à l’avance n’avait rien de stupide. Le nez baissé sur son portable, laissant Google Maps guider ses pas, l’Irlandais n’était guère sensible à la beauté du quartier ce soir. Il espérait juste trouver la boutique avant la fermeture, mais il avait quitté plus tard que prévu et même si sa Kawasaki lui permettait de se faufiler dans les bouchons de la cité, la moto n’était pas magique non plus. A l’instar de celle d’Hagrid… l’avantage quand on n’aimait pas lire, c’est qu’il y avait toujours un cinéaste prêt à mettre une œuvre littéraire sur grand écran. Lire Guerre et Paix au lycée c’était révélé être une séance pop-corn et Sprite devant l’écran plat de sa chambre. Vive le cinéma !
Mais puisqu’aucun cinéaste n’avait encore eu l’idée de mettre le Code Penal sur grand écran, sans doute par peur d’aborder un sujet encore plus barbant que le plus mauvais des films, il fallait bien en passer par des livres. Et tant qu’à faire, Declan préférait privélégier les petites librairies que les formats poche de la grande distribution. D’où sa présence ici, à un horaire qui, il l’espérait, ne serait pas trop tardif.

Il finit par dénicher la boutique qu’il cherchait. Il avait garé la moto bien plus loin dans la rue, mais contrairement à certains quartiers dangereux à fréquenter de nuit, le centre-ville était épargné par les mafias et les criminels de toute sorte… du moins en apparence. Marcher ne lui avait jamais fait peur, et il appréciait ces moments de calme en solitaire, si différent, en réalité, du reste de sa vie trépidante. Poussant la porte d’une main, avec un peu d’appréhension de la trouver close, un joyeux tintement lui indiqua qu’il n’était pas trop en retard. Un peu tout de même, surtout s’il peinait à trouver ce qu’il cherchait, mais au moins, ce n’était pas fermé. La propriétaire n’étant pas en vue pour le moment, il s’avança dans la boutique, se repérant rapidement pour finir par trouver le rayonnage qui lui convenait. Il se sentait quelque peu coupable de s’attarder. Il aurait pu revenir un autre jour, c’était vrai, mais puisqu’il était là maintenant, autant passer pour le maudit client des cinq dernières minutes et trouver ce qu’il cherchait.
Son regard parcouru les rayonnages, et il esquissa un sourire en reconnaissant le titre d’un de ses livres de chevet lorsqu’il était encore en fac de médecine. Est-ce que cela lui manquait ? Il n’aurait pas vraiment su le dire, en réalité. Il aimait être policier, sincèrement : depuis qu’il avait pris sa décision, il ne l’avait pas regretté une seule fois. Même lorsqu’il avait été obligé de jouer les plantons de service à la sortie d’une école maternelle, sous une pluie battante et avec tous ces enfants qui lui piaillaient dans les oreilles. Pas qu’il n’aime pas les enfants… mais deux ou trois à la fois quoi. Il n’avait jamais douté du tournant pris par sa vie. Mais parfois, il était un peu nostalgique de ce temps où il n’avait rien d’autre à faire qu’à penser à ses cours, ses révisions, ou à ses prochains examens. A la fierté de son père quand il lui lisait l’un de ses compte-rendu d’opérations, ou aux soirées étudiantes, tout auréolé de son statut de futur médecin.

Perdu dans ses pensées, il ne remarqua même pas l’heure qui tournait. Autant pour lui qui avait décidé de faire vite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia Cassandra Donovan
Driver Cristal
avatar
MESSAGES : 233
DATE D'INSCRIPTION : 01/04/2012
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Sam 3 Oct 2015 - 18:18

La jeune femme ouvrit sa librairie à neuf heures comme tous les jours. En ce moment de la matinée, il y avait jamais grand monde, au centre-ville. Donc, elle avait le temps de faire l’inventaire des livres qu’elle avait reçus hier dans la journée et qu’elle n’avait pas encore eu le temps de jeter un œil dessus. Ali laissa la librairie à ses employés pendant qu’elle fait son travail à elle. Heureusement pour elle, qu’elle avait des personnes qui travaillaient pour elle depuis qu’elle avait repris la librairie de son oncle. Bon, au début elle était seule, mais au fil du temps, du monde est venu pour l’aider.

Midi venait de sonner, à la pendule de son bureau, quand la jeune femme leva la tête de ses cartons, où elle avait tout mis sur le sol, pour trier et vérifier tout. Alicia se dit qu’il était l’heure de manger et de faire une pause aussi. La jeune libraire se leva du sol et sortit de la réserve. Elle fit ses employés partirent pour aller manger aussi. Elle ferma le magasin et alla dans un petit restaurant rapide, qui se trouvait à huit cents mètres à gauche de sa boutique.

Elle entra dans le restaurant, commanda et alla s’assoit loin dans la salle et mangea tranquillement et repartit dans sa librairie. À quatorze heures, la pendule sonnant l’heure de la reprise et se leva de sa chaise de son bureau et alla ouvrir la librairie. Puis, Ali retourna dans la réserve et continua son rangement. Dans l’après-midi, elle fit des allers-retours pour ranger les nouveaux livres dans leurs rayonnages et en mettant également les étiquettes et tout.

À la fin de l’après-midi, disons plutôt en début de soirée, vers les dix-huit heures quarante-cinq, le tintement de la porte d’entrée de la librairie retenti pour indiquer un visiteur venait d’arriver. Alicia était dans la réserve en ce moment et regarda l’heure, elle fermait dans quinze minutes. Le temps passa et un de ses employés lui dit qui reste une personne dans les rayons et qui était concentrée sur un livre. La jeune femme dit à son employé de parti avec les autres et qu’elle allait s’occuper de ce client. La jeune femme sort de la réserve et ferma la porte de la boutique derrière ses salariés et en retourna le panneau de la porte pour signaler que la librairie avait fermé les portes.

Ensuite, Alicia, se dirigea vers le dernier client, pour le prévenir que c’était l’heure.

-Bonsoir. Excusez-moi, monsieur, il est l’heure de la fermeture de la librairie. Avez-vous fait votre choix ?

_________________


Je suis peut être qu'une simple libraire.
Mais, j'ai aussi un secret bien garder au fond de moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan O'Brady
avatar
MESSAGES : 51
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2015
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Lun 12 Oct 2015 - 21:47


Perdu dans ses pensées, Declan avait quelque peu perdu la notion de l’heure qui tournait. Lui qui n’était pas un grand fan de lecture avait été happé par le lieu tout entier, comme une parethèse dans le monde à cent à l’heure de l’extérieur. La boutique était ancienne, les ouvrages aussi, les bruits du dehors étaient absorbés par la vitrine, bref, un lieu presque hors du temps. Mais le temps n’était pas suspendu pour tout le monde, visiblement : les derniers clients étaient partis, et une fois la pancarte indiquant la fermeture du magasin retournée, le message était clair. L’heure était passée depuis longtemps, mais l’irlandais ne s’en était pas rendu compte. Ce n’est que lorsque la propriétaire l’interpella qu’il revint à la réalité. « Déjà ? Je suis désolé, j’ai été en quelque sorte… happé par cet endroit. Cette boutique est vraiment surprenante. »
Faisait-il allusion à tous ces livres entassés dans un bric-à-brac bien ordonné, à l’atmosphère particulière de la librairie, ou à un peu des deux à la fois ? Quoi qu’il en soit, il grimaça d’un air coupable : il n’avait absolument pas regardé ce pour quoi il était là à la base, du coup, il était loin, bien loin d’avoir fait son choix. « Non, je n’ai pas choisi. Je suis vraiment désolé, je me suis laissé emporter. »

C’était entièrement de sa faute en plus. Il avait quitté plus tard que d’habitude, ce qui lui arrivait régulièrement cette semaine : sa compagne de footing étant malade, ses soirées étaient particulièrement solitaires. Du coup, il compensait en faisant des heures supplémentaires, payées une misère mais qui lui permettait de se faire bien voir de sa hiérarchie et, en plus, avaient le mérite de combler ses soirées. En général il rentrait, choisissait entre japonais et tex-mex et se faisait livrer, mangeant son repas tout en regardant un film. Une vraie soirée de célibataire… il ne manquait plus que le chat à nourrir, mais Declan n’était pas un féru des félins. Peut-être devrait-il prendre un chien ? la pauvre bête aurait le temps de s’ennuyer, étant donné le peu de temps qu’il passait chez lui. Parfois, c’était à se demander pourquoi il avait choisi cet appartement, alors qu’il n’y passait pas beaucoup de son temps libre. Au moins avait-il un bon lit…
Quoiqu’il en soit, il n’avait sans doute pas choisi la bonne semaine pour venir acheter un livre. La jeune femme avait l’air honnête et aimable, mais il songeait qu’elle ne devait avoir qu’une envie : se débarrasser de lui et fermer boutique. Enfin, c’est ce dont lui aurait eu envie. Il se souvenait de ses stages de l’école de police, campé au bureau d’accueil, à pester contre les gens qui venaient porter plainte durant les dernières minutes de son service, l’obligeant à grignoter sur ses heures de repos, de repas ou de révision.  Il se demandait toujours ce qui pouvait pousser les gens à venir cinq minutes avant la fermeture, leur imaginant des courses folles à travers la ville, franchissant ensuite les portes comme des vainqueurs de marathon… enfin ça, c’était quand il était de bonne humeur.

Il revint à la jeune femme, reprenant avec une moue d’excuse. « Mais ne vous embêtez pas pour moi, je reviendrais un autre jour. Plus tôt, cette fois. » Ajouta-t-il avec un léger sourire, signe qu’il avait compris la leçon. Il ne savait pas quand, exactement, il aurait le loisir de revenir dans le coin, mais clairement, cette boutique méritait qu’on s’y arrête. Loin des grandes surfaces impersonnelles, elle avait un véritable cachet, et Declan aimait encourager les petits commerces. Son île, même si elle était loin du moyen-âge, avait gardé nombre de petites boutiques de ce genre, et il avait toujours aimé traîner dans les vieilles rues de Dublin, adolescent.
C’est peut-être pour ça qu’il avait eu un véritable coup de cœur pour la librairie, lui qui ne mettait le nez dans les livres que contraint et forcé. Parce qu’elle lui rappelait son chez-lui, cette atmosphère un brin vieillotte et désuète qu’il avait connu petit. L’Irlande lui manquait, même s’il avait décidé de refaire sa vie ici, pour le moment. Plus tard, peut-être qu’il rentrerait. Une fois que ses blessures seraient cicatrisées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia Cassandra Donovan
Driver Cristal
avatar
MESSAGES : 233
DATE D'INSCRIPTION : 01/04/2012
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Lun 2 Nov 2015 - 22:21

La jeune femme lui sourit gentiment. Elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille. Alicia ne dit rien pendant quelques secondes, avant de prendre la parole d’une voix douce et chaleureuse, tout en regardant le jeune homme dans les yeux

-Oui monsieur qui est l’heure de la fermeture de la librairie. Merci beaucoup, j’ai mis beaucoup de moi, pour que cet endroit soit agréable et chaleureux pour les clients. Et pour que les clients trouvent ce qu’ils veulent et prennent leur temps dans leur recherche de leur future lecture et qu’ils ne se sentent pas à l'aise dans une pièce étroite ambiguë, comme il en a dans certains endroits et qu’on n'a pas envie d’y rester.

Elle fit une courte pause

-Ce n’est rien, si vous vous êtes laissé aller dans la lecture des livres. Ça arrive à tout le monde. Et choisir un ou plusieurs livres n’est jamais facile.

Alicia lui sourit gentiment et le regarda pendant un moment, quelques secondes, avant de reprendre la parole

-Ce n’est pas grave monsieur, vous m’embêter absolument pas. Vous pouvez rester encore un petit moment, pour choisir votre livre. J’ai le temps, je dois finir mon inventaire avant de rentrer chez moi. Donc, vous avez encore quelques minutes devant vous.

Elle fit une courte pause

-Vous devez avoir un métier prenant, pour venir à la librairie qu’à cette heure de la journée. Je sais que des fois, ce n’est pas facile, avec les horaires que tout le monde fait. Donc, prenez votre temps pour choisir ce que vous aimez. Cela ne me dérange absolument pas de vous laisser ici. Si cela ne vous dérange pas, je vais vous laisser seul, pendant votre choix. Je serais dans la pièce du fond si vous avez besoin de moi, en train de faire mon inventaire sur les nouveaux livres que j’ai reçus tôt dans la journée et que je n'ai pas encore fini de tout regarder et ranger.

La jeune libraire se tut et lui sourit gentiment

_________________


Je suis peut être qu'une simple libraire.
Mais, j'ai aussi un secret bien garder au fond de moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan O'Brady
avatar
MESSAGES : 51
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2015
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Mar 10 Nov 2015 - 23:08


Il ne prenait que rarement le temps de se poser, en réalité. Lui qui se définissait volontiers comme quelqu’un de calme et de réfléchi, avait toujours un truc sur le feu, laissant son envie le guider. Un actif calme… il suffisait juste que le sujet l’intéresse assez pour qu’il y concentre toute son attention, et là, l’irlandais était le calme incarné. Studieux et réfléchi, silencieux, bref, concentré. Tout à ce qu’il faisait. Combien de fois avait-il supplié sa nounou, ou plus rarement ses parents, de le laisser finir sa partie sous prétexte qu’il mettait un point d’honneur à finir ce qu’il avait commencé. C’était justement le problème en entrant dans cette librairie : une oasis de calme et de tranquillité dans le tumulte qu’était sa vie, et il ne lui en fallait guère plus pour se perdre dans les rayonnages, grand fan de livre ou pas.
Car s’il n’était pas un grand amateur d’histoires de science-fiction ou de romans historiques, et s’il ne mettait le nez dans les bouquins que pour les révisions, ces derniers avaient le pouvoir de le happer tout entier. Exactement comme cette boutique. Ou comme sa propriétaire. Malgré son retard, malgré le fait qu’elle devait avoir hâte de fermer, la jeune femme lui offrit un sourire qui trahissait sa nature douce, avant de le remercier pour le compliment. « C’est réussi », approuva Declan quand elle lui expliqua ce qu’elle avait voulu faire de cette petite librairie. Il comprenait mieux, en réalité, pourquoi on lui avait donné cette adresse : c’était aussi loin que possible de l’atmosphère des grandes chaînes du livre, proposant des romans tous semblables dans des bouquins qui n’avaient aucune âme. Ici, on se sentait bien, comme parachuté dans un autre monde.

L’Irlandais soutint le regard de le jeune femme quelques secondes, songeant qu’elle allait lui demander de revenir une autre fois. Cela ne le dérangeait pas : après tout, elle était entièrement dans son droit : son intention n’était pas de lui faire faire des heures supplémentaires. Mais quand elle lui indiqua qu’il pouvait prendre son temps pour trouver ce qu’il cherchait, car il lui restait de travail, il ne put retenir une remarque. « C’est vraiment très gentil de votre part. » Il était surpris, sincèrement. Lui qui craignait de se voir mettre à la porte venait de gagner un sursis supplémentaire, sans que cela paraisse le moins du monde déranger la jeune femme. Il l’observa quelques secondes à son tour, avant de reprendre : « Merci. Mais je ne veux pas vous déranger plus que nécessaire, cela ne me dérange pas de revenir. »
Il marqua une pause avant de répondre à la question de la jeune femme. « Je suis policier… et à ce qu’il paraît, j’aime un peu trop mon boulot pour pouvoir décrocher », plaisanta-t-il en se remémorant la remarque de Steve sur les heures supplémentaires. Cela ne l’avait jamais dérangé de bosser quand il était passionné par ce qu’il faisait… et visiblement, cela ne dérangeait pas la jeune femme non plus. Quoique pour tenir une librairie, il fallait aimer les livres, du moins le supposait-il. Pour peu que ce soit sa librairie et non celle de quelqu’un d’autre.

En grandissant, et il aurait eu du mal à l’avouer, Declan avait fini par comprendre pourquoi ses parents avaient passé tant de temps à leurs boulots plutôt que de s’occuper du petit garçon qu’il était alors. La passion finissait par prendre tellement le dessus qu’on ne se rendait même plus compte du temps consacré, jusqu’à en oublier tout le reste. Le dévouement, la totale dévotion à son job, il avait fini par en faire les frais lui aussi, multipliait les heures, négligeant parfois de manger ou de dormir tellement il était à ce qu’il faisait. Enchaîner les heures, et n’avoir besoin de rien d’autre que de la satisfaction de faire son boulot, et aimer ça.
Evidemment, enfant, il n’avait pas pu le comprendre. Maintenant… sa mère était la seule famille qu’il lui restait, et les relations entre eux étaient tellement conflictuelles qu’il n’aurait même pas su comment s’excuser. Par où commencer ? Sa mère aussi avait son lot de reproches. Sortant de ses pensées, Declan finit par sourire en retour à la jeune femme. « Je m’en voudrais de vous mettre en retard », déclara-t-il, éprouvant quelques scrupules à être celui qui dérangeait la jeune femme dans son boulot. « Promis, je n’en ai pas pour longtemps », indiqua-t-il en se tournant vers les rayonnages… avant de se tourner à nouveau vers la jeune libraire, un peu penaud. « Sauf que je n’ai aucune idée d’où chercher mon bonheur. On m’a dit que vous aviez d’anciennes éditions du code pénal et civil ? » Hasarda-t-il, se sentant encore plus coupable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia Cassandra Donovan
Driver Cristal
avatar
MESSAGES : 233
DATE D'INSCRIPTION : 01/04/2012
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Mer 23 Déc 2015 - 22:45

La jeune femme lui sourit tendrement tout en continuant de le regarder dans les yeux. Alicia ne disait rien pendant quelques secondes, peut-être quelques minutes. Elle ne le savait pas trop. Car, Ali avait l’habitude de ne pas se rendre compte du temps qui passe, quand elle était dans sa petite librairie chérie.

-Vous savez-vous ne me gêner absolument pas du tout. Prenez votre temps, pour choisir votre livre. Cela ne m’étonne pas trop des policiers. Beaucoup sont accrochés à leur boulot et ne s’en rend pas compte des heures qui passent et que leur journée soit fini et que c’est l’heure de rentrer chez eux.


Elle fit une courte pause, pour reprendre son souffle. Avant de reprendre la parole, pour continuer avec sa pensée.

-J’en sais quelque chose, mon meilleur ami est un policier et une de mes connaissances aussi. Donc, que vous soyez policier, ne me dérange absolument pas du tout.

La jeune libraire lui sourit et remit une mèche de cheveux derrière son oreille et garda sa main pendant quelques secondes derrière son cou, avant de la retirer.

-Mais non, vous me déranger pas du tout. Prenez tout le temps nécessaire. Effectivement, je possède plusieurs anciennes éditions du Code pénal et civil. Vous ne les trouverez pas ici. Ils sont un peu plus loin dans la librairie. Car, beaucoup ne sont pas trop intéressés par ces livres. Ici, vous trouverez tous les nouveautés ou populaires au début, pour que les clients ne cherchent pas trop longtemps les nouveautés à lires.

Elle fit une courte pause.

-Venez suivez-moi.

Alicia fit quelques pas tout droit, arriver vers la porte de la réserve, tourna à droite et alla tout au fond du magasin.

-C’est par ici

Devant ses yeux, se dressaient, des étagères remplirent de vieux ouvrages, de manuscrits, rangé par année et par pays, etc. Au fond, contre le mur, il y avait même une table en bois massif, avec des chaises au tour, si on voulait lire sur place ou faire quelques recherches.
Ali se dirigea vers une étagère et regarda pendant quelques secondes

-Voilà, vous voulez quoi comme édition du Code pénal et civil .Quelle année ?

_________________


Je suis peut être qu'une simple libraire.
Mais, j'ai aussi un secret bien garder au fond de moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan O'Brady
avatar
MESSAGES : 51
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2015
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Sam 23 Jan 2016 - 21:52

Déformation professionnelle sans doute, Declan ne pouvait s’empêcher de contempler la jeune femme qui se tenait devant lui, notant sans vraiment le vouloir tout ce qui aurait pu contribuer à en faire une description précise. Il ne mit pas longtemps non plus à dresser mentalement un portrait psychologique de la jeune femme : douce, tendre, sans doute assez effacée dans sa vie de tous les jours. Discrète, réservée… tous les atouts d’une bibliothécaire en somme. Malgré son jeune âge, elle devait avoir une sacrée culture générale, plus du genre rat de bibliothèque que grande fan des feuilletons à l’eau de rose. Oh, il arrivait au jeune irlandais de se tromper, mais c’était devenu un réflexe, et il le faisait presque sans y penser, avant de s’amuser à comparer ses notes une fois qu’il connaissait la personne un peu mieux. Ou pas, puisque rien n’indiquait qu’il allait s’attarder trop longtemps en compagnie de la jeune femme.
Après un silence, qui parût presque trop long et fit penser à Declan qu’il allait se faire jeter en douceur, la demoiselle reprit la parole, lui enjoignant de rester encore, autant qu’il le souhaitait. « C’est vraiment très gentil de votre part, merci beaucoup ». Il était sincère : honnêtement, San Diego lui paraissait être une ville qui vivait à cent à l’heure, et tomber sur un petit bijou comme cette boutique et sa… propriétaire ? Gérante ? Etait un miracle presque inespéré. Il sourit à sa remarque sur les forces de l’ordre, baissant les yeux avant de ramener son regard amusé sur la jeune femme.« Oh, vous n’êtes pas la première à me faire cette remarque. C’est ce qui arrive quand on s’investit dans son job » Il marqua une pause avant de reprendre d’un air entendu « mais j’imagine que vous savez de quoi je parle, puisque vous ne semblez pas compter vos heures non plus. » Sinon, pourquoi aurait-elle accepté qu’il reste après la fermeture ? Parce qu’honnêtement, elle lui aurait indiqué qu’il était l’heure de fermer et qu’elle voulait s’éclipser, il aurait parfaitement compris.

Mais visiblement, elle ne faisait pas que connaître en théorie l’application des policiers pour leur boulot, elle détenait une info de première main. En réalité, la boutique n’était pas très loin du commissariat principal, ce n’était donc guère étonnant qu’elle compte parmi son entourage des policiers du coin. « Si ça se trouve, c’est l’un d’eux qui m’a indiqué cette boutique. » Réfléchit Declan à haute voix. « En tout cas, ils vous ont fait de la bonne publicité. Et j’en ferais également » indiqua-t-il, charmé par la manière dont il avait été accueilli malgré son dépassement des horaires.
La jeune femme lui indiqua la direction, le précédant parmi les étagères surchargées de livres en tout genre, avant de le guider jusqu’au fond de la boutique. Là encore, le décor était chaleureux, et on n’avait qu’une envie, s’assoir sur l’une des chaises et se perdre dans un de ces vieux bouquins. Oui, décidément, les vieux livres avaient ce quelque chose d’attirant que les nouveaux, trop jeunes et trop lisses, ne possédaient pas. Leur histoire peut-être, l’idée que des centaines de mains les avaient manipulés, dans l’espoir d’obtenir quelque chose d’eux : un rêve à continuer, une simple histoire pour se divertir, ou d’autres milliers de possibilités. L’irlandais fut tiré de sa rêverie par la voix de la jeune femme, et il lui fallut quelques instants pour se remémorer ce qu’il venait faire ici. « Euh… le plus récent. J’ai étudié ça il n’y a pas si longtemps, mais si je veux monter en grade, j’ai plutôt intérêt à me le remémorer. » Expliqua-t-il, sans prendre garde au fait qu’il livrait quelques informations sur lui-même. Quelle importance, après tout, que la jeune femme sache qu’il n’était encore qu’un bleu parmi la police ? « Et comme je préfère étudier dans les livres poussiéreux plutôt que sur l'écran de mon ordinateur, vos ouvrages m’ont l’air parfait » indiqua-t-il en s’avançant vers les rayonnages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia Cassandra Donovan
Driver Cristal
avatar
MESSAGES : 233
DATE D'INSCRIPTION : 01/04/2012
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Jeu 18 Fév 2016 - 21:56

La jeune femme lui sourit et lui fit un signe de la main, comme quoi ce n’était rien et que ça la gênait pas du tout. Alicia rigola à ce que le jeune homme disait. Elle ne dit rien pendant quelques secondes avant de reprendre la parole.

-Vous avez tout à fait raison. Je ne compte pas mes heures ici, à la librairie. J’adore mon travail et je ne le changerais pas pour l’or du monde.

La jeune libraire lui sourit, en le regardant dans les yeux pendant quelques secondes, avant de prendre la parole, avec un ton doux et tendre à la fois

-Oui peut-être que c’est une de mes connaissances, qui vous a indiqué la librairie. On ne peut pas le savoir. Merci beaucoup, ça me fait énormément plaisir, que vous vous sentez à l’aise ici, dans cette petite librairie.

La jeune femme le regarda dans les yeux pendant quelques secondes, puis se dirigea vers l’étagère, un peu plus à droite vers le coin et posa sa main sur un livre et le sorti de son rayonnage. Elle sourit en voyant le titre du livre et le tendit au jeune homme, pour qui le prend dans ses mains.

-Voici, le livre le plus récent. Et je vous comprends que vous voulez vous le remettre en mémoire. J’ai bien continué mes études par correspondance, tout en gérant cette librairie, il y a des années. Donc, je vous comprends parfaitement, que vous voulez monter en grade. Effectivement, étudier dans les livres, c’est plus amusant que de lire sur un écran d’un ordinateur.

Elle fit une courte pause

-Voulez-vous rester un peu ici, et lire un peu avant de l’acheter. Ou vous préférez autre chose. Vous pouvez rester ici, pendant un moment cela ne me gêne pas du tout. Je n'ai rien prévue de ma soirée. À part, ranger un peu les nouveaux livres reçus et faire un peu l’inventaire des cartons que j’ai reçus dans la journée. Et regarder ou mettre les nouveaux livres, en vitrine, pour que les clients puissent les voit et les consulter, avant de les acheter s’ils veulent.

La jeune femme se tut et lui sourit tendrement et gentiment. Alicia ne dit plus rien du tout depuis quelques secondes et attend qui lui parle

_________________


Je suis peut être qu'une simple libraire.
Mais, j'ai aussi un secret bien garder au fond de moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan O'Brady
avatar
MESSAGES : 51
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2015
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Lun 21 Mar 2016 - 22:41

Il avait vu juste à son sujet, même si ce n'était pas très difficile à deviner. La jeune femme lui avoua elle-même être une bourreau de travail, et qu'elle adorait son travail. Du regard, Declan parcourut les rayonnages, avant de lui répondre. « Y'a pire, comme endroit pour travailler, en tout cas. » Il marqua un temps d'arrêt avant de reprendre. « Nous sommes chanceux, vous savez ? Rares sont ceux qui peuvent se permettre de faire un boulot qu'ils aiment et en vivre ». Évidemment, il y avait des hauts et des bas. Des parties du boulot qu'il n'aimait carrément pas, mais on lui avait appris à considérer le positif plutôt que le négatif, et il fallait avouer que cela lui réussissait plutôt bien. Declan ne regrettait pas d'être partie, d'avoir abandonné une partie de sa vie pour celle qu'il vivait actuellement, à San Diego. C'était différent, mais pas moins enrichissant. Moins payé, peut-être, mais l'action était bien plus présente que s'il avait été un quelconque chirurgien.
L'irlandais la remercia d'un sourire. Honnêtement, c'était plutôt à lui de la remercier, elle l'accueillait après la fermeture dans son petit havre de paix personnel, bien loin du tumulte de la ville. Elle avait réellement réussi à faire de sa librairie un endroit à part, et pourtant situé en plein cœur d'un des quartiers les plus animés de la ville. C'était un exploit, ou presque, et il en était impressionné. Honnêtement.

La jeune femme parcourut les rayonnage avant de lui tendre un livre, que Declan prit sans la moindre hésitation, ses yeux parcourant la couverture tandis qu'il l'écoutait. Ainsi donc, elle avait même reprit ses études en parallèle. Cette fille était une merveille. Une magicienne, d'avoir réussi à mêler sa vie d'étudiante et de bibliothécaire. Ainsi donc, il ne s'était pas non plus trompé là-dessus, elle devait être la propriétaire. Elle était bien jeune pour posséder une telle boutique, surtout aussi bien située. Héritage familial ? C'était le plus probable, elle n'avait clairement pas l'air de celle qui gagne une boutique au poker. Ou aux enchères. Ou à quoi que ce soit d'ailleurs. « Ne vous méprenez pas, je suis friand de technologie, mais j'apprends mieux avec un livre dans les mains qu'avec des mots sur un écran. Petit, j'aurais pu réciter l’Île au Trésor de Stevenson par cœur, ça a toujours impressionné mes parents. J'ai dû le lire une bonne centaine de fois ». Declan marqua une pause avant de désigner l'épais bouquin qu'il tenait entre les mains. « Par contre celui là, il va me falloir du temps pour le connaître par cœur.  »  Plaisanta-t-il.
La jeune libraire lui précisa qu'il pouvait rester ici un moment, et l'irlandais fût, à nouveau, touché par sa gentillesse. Il déclina néanmoins, avant d'expliquer « C'est vraiment gentil de votre part, mais je ne veux pas abuser de votre temps. Vous avez déjà été d'une aide plus que précieuse. »

Le jeune homme hésita un moment avant de lui demander « Vous voulez de l'aide pour porter quelques cartons, ou autre chose ? C'est le moins que je puisse faire pour vous remercier de votre gentillesse. »  De là où il venait, on lui avait appris l'entraide et le partage. Son éducation religieuse, fruit de son enfance dans un pays encore bercé par les rituels religieux, ne lui laissait pas le loisir d'avoir des lacunes en ces domaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia Cassandra Donovan
Driver Cristal
avatar
MESSAGES : 233
DATE D'INSCRIPTION : 01/04/2012
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia Dim 30 Oct 2016 - 18:24

La jeune femme regarda le jeune homme parcourir les étagères devant lui, en souriant légèrement. La jeune libraire avait mis du cœur dans l'ouvrage, pour que ce lieu soit un lieu tranquille et calme. Alicia sourit à ce qui disait le jeune homme.

-Oui, je me doute qu'on est chanceux de faire un travail qui nous plait beaucoup, même passionnément.

La jeune femme ne regrettait pas, d'être partie d'Australie, pour revenir dans sa ville natale et s'occuper de la librairie que son oncle lui avait donnée. Bon, au début ça n'avait pas été simple, mais elle avait réussi à la fin. Alicia avait même réussi à reprendre ses cours en parallèle tout en gérant cette librairie et avait même embauché des personnes pour l'aider.

La jeune libraire sourit à Declan, à ce qui lui disait.

-Ne vous en faites pas. Je vous comprends parfaitement. Moi-même, je mémorise mieux en lisant les choses et je peux les réciter par cœur. Alors, que j'aurais lu quoi une fois ou deux fois et je m'en rappelle correctement tout ce que j'aurais lu dans un livre.

Et je suis capable aussi de me rappeler des choses alors qu'une personne aurait donné des données à voix haute une fois. Je me rappelle des éléments importants, comme des dates, etc.

Effectivement, ce livre là, vous allez en avoir un bon moment avant de savoir tout par cœur et de pas se tromper non plus dans ses lois et ses règles.

La jeune femme lui sourit tendrement.

-Vous savez-vous ne me déranger pas du tout. Aucun problème. Je suis contente d'avoir pu vous aider avec votre recherche de livre.

Alicia réfléchit un peu et repensa aux nombreux cartons qu'elle avait encore dans la réserve, à porter dans la pièce désigner pour les trier par ordre et par catégorie, pour pourvoir les ranger correctement dans ses étagères et mettre les nouveautés dans les gondoles à l'entrée du magasin, devant sa porte d'entrée, mais pas trop près ni trop loin.

-Je veux bien de l'aide si ça ne vous dérange pas. J'ai des cartons à porter pour les emmener dans la pièce désigner pour pourvoir les trier correctement et les mettre par catégorie, avant de les ranger dans les rayonnages de la librairie. Et mettre de côté les nouveautés pour les mettre en évidence en tête de gondole pas loin de l'entrée du magasin.

_________________


Je suis peut être qu'une simple libraire.
Mais, j'ai aussi un secret bien garder au fond de moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia

Revenir en haut Aller en bas

Le boulet des cinq dernières minutes - Alicia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Boulet
» Le boulet et la cuirasse
» Les minutes du Congrès de Miami
» La bataille des cinq armées
» Le Boulet-Test
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ride Or Die : After that you run ...  :: SAN DIEGO :: Centre-ville :: Bankers Hill :: Omega's bookshop-
Sauter vers: