Partagez|

You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wanda P. Ruggiero
avatar
MESSAGES : 97
DATE D'INSCRIPTION : 05/09/2015
AGE : 32
MessageSujet: You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela Ven 18 Sep 2015 - 9:51

You drive me crazy, please hire me.

  Il est toujours difficile pour la jeune femme de laisser son bébé à la maison. Lorsqu'elle pose les yeux sur lui ce matin, elle ne peut s'empêcher de se dire qu'il est beau, une belle réussite dans sa vie, un être parfait qui ressemble tant à son père... Evan est ce qu'elle a de plus précieux, ses entrailles se tordent pourtant quand elle songe à son fiancé. Elle est venue jusqu'à San Diego pour trouver celui qui a ôter la vie de Rider, l'homme qu'elle a aimé plus que sa propre vie. Avec la naissance d'Evan et le congé maternité d'une année le temps de sortir de ce baby blues qu'elle a eut au départ, Wanda doit se remettre en selle et bien qu'elle ai déjà recommencé à courir le soir avec un groupe de pilotes qui aiment ça autant qu'elle, la jeune femme a plutôt intérêt de retrouver un travail si elle veut pouvoir subvenir aux besoins de son enfant, et ne pas laisser sa meilleure amie dans la galère. C'est pour cela qu'elle embrasse tendrement son fils qui dort encore dans son lit. Claire est déjà debout. « Merci de t'en occuper aujourd'hui, j'espère que ça va marcher. » dit-elle en prenant son thé du matin, toujours le même, aux fruits rouges. Ça l'excite un peu moins que le café et c'est meilleur pour la santé.

Après avoir embrassé la joue de sa meilleure amie qui lui souhaita bonne chance, la petite Italienne quitta la maison. Elle avait eut du mal à se décider sur sa tenue, toujours difficile quand on cherche un job de mécanicien de s'habiller comme une princesse. Alors elle avait opter pour un style plus masculin, pantalon noir, chemisier blanc sous une veste noie, elle espérait convaincre quelqu'un de l'embaucher. Ses pas la menèrent vers un petit garage qu'elle avait déjà remarqué à son arrivé ici, mais il était alors fermé. Heureuse de voir un nouveau garage, elle entra à l'intérieur et chercha à rencontrer le boss. On lui indiqua que LA patronne était au fond du garage. Une femme tenant un garage... La chance lui souriait ! Les hommes n'aiment pas toujours embaucher des femmes, les jugeant peu apte à supporter de se salir, ne portant pas des choses trop lourdes ou ne supportant pas la rigueur de ce métier. Mais Wanda avait des bases solides et de l'expérience puisqu'elle avait travaillé  cinq ans dans le garage où elle avait fait son apprentissage. « Bonjour. Excusez-moi de vous dérangez.  Je... Je voudrais postuler pour un poste de mécanicien. » dit la brunette en observant la jeune femme qui lui faisait face. Elle avait le look total de la mécano qui aime son métier, ça faisait plaisir à voir puisqu'elle même était dans le même état. Réparer des voitures, mettre les mains dans le cambouis, elle adorait ça ! Et elle est douée, en atteste son véhicule et celui de sa meilleure amie par exemple. À Sacramento, personne ne s'est jamais plaint de son travail, alors elle espère que la patronne du garage acceptera de la prendre.


_________________
¤ Evan, my baby boy ¤
« In the darkest place we can find light. When I became your mum, I found a reason to live. »
unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafaela Alvarez
Mrs. Alpha ▶
avatar
MESSAGES : 704
DATE D'INSCRIPTION : 05/04/2015
MessageSujet: Re: You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela Dim 27 Sep 2015 - 11:52

Plusieurs mois s’étaient écoulés depuis ton retour. Il t’avait fallu du temps pour tout reconstruire, retrouver celle que t’étais. Savoir si l’risque en valait la peine. Savoir si t’avais encore ta place ici, dans cette ville. Car si la réponse t’avait malgré tout semblée évidente, découvrir les ruines de ton ancienne existence avait laissé c’goût d’amertume dans ta bouche. Le vaste tapis de décombres qu’t’avais découvert là où, par l'passé, se trouvait ton ancien garage, t’y avais fait réfléchir à deux fois. Un incendie, avaient simplement dis les habitants du quartier. Peut être. Mais il n'y avait aucun doute à c'qu’il soit criminel. Pas plus qu'tu n’avais de doutes quant à l’identité d’son commanditaire… Cependant, c’était l’genre de choses que les gens là-bas n’disaient pas. On savait, mais on faisait semblant d’oublier, on apprenait à s'taire et à détourner le regard. Et pour avoir vu ton père et ta mère faire pendant longtemps la même chose, tu n’pouvais pas les blâmer pour ça. Alors après ça, pouvais-tu seulement reconstruire ta vie ici ? C’était risqué, tu l’savais. Mais c’était ici qu’il y avait ta famille, même si Dam et les autres en faisait parti maintenant, San Diego restait ta seule vraie maison, et tu n’pouvais pas la quitter. Alors tel un phénix, tu l’avais fait renaitre de ses cendres. Dans un autre quartier, à une adresse différente. Sous un nom différent. Plus sûre cette fois, ou à défaut, plus stratégique. Car de là, il serait plus facile de prendre la fuite, si jamais l’occasion s’en faisait ressentir. Tel un phénix, il avait pris forme, et ressemblait à l’ancien à s’y méprendre. Fidèle à toi-même, t’avais su faire d'cet endroit, ton nouveau chez toi. La plupart du bâtiment était bien sûr occupé par les équipements, mais tu avais gardé un semblant de place pour aménager l’reste, le minimum pour pouvoir vivre ici. Le résultat n’était pas si mal, et après quelques mois, « Costello service and repair » avait enfin ouvert ses portes et ton double business fonctionnait plutôt bien. Aussi bien celui à l’avant, le simple garage sans prétention qu'il paraissait être, que celui qui s'cachait à l’arrière, réservé aux amateurs de vitesse et de courses. Et avec un peu d'chance, Zoe Costello attirerait beaucoup moins les regards que Rafaela Alvarez. Après des jours d'réflexion, c'était l'unique raison qui t'avais décidé à garder cette identité. Au moins pour un temps.

Tu t’es levée tôt c’matin là, même si l’garage n’ouvrait ses portes que dans quelques heures. Les vieilles habitudes étaient coriaces, et malgré l'temps qui était passé, ton sommeil demeurait bien léger. Alors t'avais enfilé un vieux jean et un débardeur, avalé rapidement une tasse de café, et tu t'étais finalement décidée à descendre. Ça faisait un peu plus de deux heures qu'tu bossais sur une Subaru d'un bleu électrique plutôt agréable à regarder, probablement aussi à conduire, bien qu'ta préférence restait aux muscles cars américaines. Il ne t'restait plus qu’un piston à resserrer, quand la voix d’Elliot t’avais interpellée depuis l’entrée du garage. Tu t'es donc dépêchée de finir et d'refermer le capot, avant d’avancer jusqu’à l’entrée, où le p'tit blond te fis signe de la tête, en direction d’une jolie brune. Probablement une cliente, t'as d'abord pensé en t'approchant d'elle. Mais c'n'était pas l'cas, et un  petit sourire en coin s'est aussitôt dessiné sur tes lèvres pour répondre à sa demande. « Ah oui, vraiment… ». Rien que ça… Tes yeux l’ont détaillé de haut en bas, mais tu t’es abstenue de lui dire l’fond d'ta pensée – qu’à voir sa tenue, elle s’était trompée d’endroit. Qu'c’est dans la banque à trois rues d’ici, qu’elle aurait du proposer sa candidature. Au moins elle n'risquait pas d'se casser un ongle là-bas. Mais tu t’es sagement abstenue, pour t'contenter d'une remarque plus sage. « T’as déjà soulevé le capot d’une voiture au moins ma jolie ? ». Quand bien même. Était-ce suffisant pour envisager l’embaucher ? Non, définitivement pas. A vrai dire, embaucher quelqu’un n't’était jamais venu à l’idée. T’étais une solitaire, t’aimais travailler seule. Ton garage, c’était aussi ta maison. Et tu n’aimais pas qu'une étrangère s'immisce chez toi. Avec Elliot, c'était différent. C'gamin t'rappelait la nana qu't'avais été à son âge. Alors quand il s'était pointé ici à la recherche d'un patron pour l'prendre en apprentissage, tu n'avais pu refuser devant tant d’aplomb. Mais avec la demoiselle, c'était autre chose. Et puis c’était risqué. Parce que même si les ritals s'tenaient à distance pour l'instant, tu n'pouvais deviner c'qui pouvait leur passer par la tête. Pouvais-tu prendre le risque d’avoir quelqu’un ici, alors qu'le garage pouvait finir dans l'même état que le précédent ? « Désolé, mais je recherche personne… ». Non, bien sur que non. Tu n’pouvais envisager d'mettre la vie de cette fille en danger, pas plus que celle d’un autre innocent. Ta famille en avait déjà payé les frais, c'était amplement suffisant...

T'as donc commencé à tourner les talons, pour aller t'remettre à bosser. Pour toi la réponse était claire, et pas du tout négociable. Mais le petit raclement d'gorge du gamin t'as rappelé à l'ordre et t'as levé les yeux au ciel devant son regard insistant. Parce que oui, putain. Oui, tu savais qu’malgré tout, vous aviez besoin de quelqu’un. Pas pour la mécanique, mais pour tout l'reste. L’administratif, le financier. La paperasse n’avait jamais été ton fort, et elle commençait à s’accumuler de façon un peu trop importante. Tu n'pouvais le nier. Mais la demoiselle n'était pas la bonne personne pour ça. Après tout c’est un poste de mécano qu’elle était venue demander, et de c'côté-là, tu n’étais pas prête à embaucher miss costard impeccable. Parce qu'à tes yeux, elle était loin d'être convaincante.

_________________
Born to Run
Take me down to the river bend, take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again. SIGN @ ALASKA.

Our hearts are like firestones :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanda P. Ruggiero
avatar
MESSAGES : 97
DATE D'INSCRIPTION : 05/09/2015
AGE : 32
MessageSujet: Re: You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela Mer 7 Oct 2015 - 19:10

You drive me crazy, please hire me

L
e parcours d'un demandeur d'emploi n'est pas des plus faciles, en particulier dans la branche mécanique lorsque l'on est une femme, Wanda le savait très bien et comptait prouver sa bonne volonté et son savoir-faire au premier venu ! Et en l’occurrence, en passant la porte de ce garage, la demoiselle ne s'attendait pas à ce que le patron soit une femme. Elle ne juge pas, sachant que les femmes sont toutes aussi compétentes que les hommes dans ce domaine, mais elle n'a encore pas vu de nanas dans les garages qu'elle a visité pour poser des CVs. Tombé sur une patronne pouvait être sa porte de sortie vers l'enfer et un bon moyen de se faire une place pour courir. Tout à coup moins sûre d'elle, la Ruggiero s'avança jusqu'au boss et lui fit part de son désir de travailler ici. Fermé depuis des mois, c'était une chance inespérée de trouver l'endroit à nouveau ouvert au public, il devait y avoir des tas de choses à faire et s'ils n'étaient que deux pour la population de San Diego, ça allait être facile de se faire embaucher ! Ou pas...

Le ton de la jeune femme était très sec, presque moqueur. Elle ne voyait pas Wanda comme capable de savoir ce qui se cache sous un capot. Sur le coup, la belle fut déstabiliser, à deux doigts de voir son rêve éclater en miles morceaux. Mais elle se ressaisit bien vite. « Je sais démonter une caisse de A à Z et j'adore avoir les mains dans un moteur. Testez-moi ! » demanda la grande brune, prête à en découdre avec n'importe quel type de moteur ! Elle avait pratiquement écumé tous les garages de la ville et celui-là lui avait plu, même lorsque la devanture était fermée, elle devait saisir sa chance à tout prix ! L'avenir d'Evan en dépendait ! Mais la patronne n'avait pas l'air du même avis et lui répliqua qu'elle ne cherchait personne. Wanda tourna les yeux vers le jeune homme comme pour chercher de l'aide, une réponse à ses interrogations. « S'il vous plaît... » dit-elle en plein désarroi.

Le blondinet se racla la gorge bruyamment, ce qui eut pour effet de rappeler la femme qui était encore moins ravie que précédemment. Wanda devait absolument saisir sa chance maintenant ! « Écoutez, j'ai mon CV sur moi, regardez ! J'ai grandi les mains dans le cambouis, ça me fait pas peur ! Donnez-moi n’importe quoi à réparer, là maintenant, et j'vous le fait ! » proposa l'Italienne en jetant un regard consécutif à l'homme et sa patronne. « Laissez-moi ma chance, vous le regretterez pas ! » Wanda était certaine de convenir à cet établissement, elle avait de l'expérience et l'envie de reprendre le boulot. Certes il y avait un grand trou dans son CV entre la mort de Rider et maintenant, mais elle pouvait presque l'expliquer. Bon, elle ne dirait pas à sa potentielle employeuse qu'elle avait passé six mois à faire des courses à travers le pays pour remonter jusqu'à la piste d'un voyou, pour accoucher et faire une dépression, mais elle pouvait peut-être utiliser la corde sensible de l'enfant qu'elle doit nourrir. En tant que mère célibataire, cet entretien est tout ce qu'il lui reste pour retrouver sa passion de toujours. Bosser sur son Acura dans son garage est génial, mais pouvoir tripoter le moteur des autres est bien plus gratifiant ! Elle a déjà aidé certains coureurs qu'elle apprécie à se trouver des pièces et à monter quelques-unes pour se faire un peu d'argent, rien ne lui faisait peur dans ce métier. On pouvait lire dans ses yeux la détermination. Wanda était prête à tomber la veste à tout moment pour se pencher sur une bagnole et montrer de quoi elle était capable !

© Starseed

_________________
¤ Evan, my baby boy ¤
« In the darkest place we can find light. When I became your mum, I found a reason to live. »
unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafaela Alvarez
Mrs. Alpha ▶
avatar
MESSAGES : 704
DATE D'INSCRIPTION : 05/04/2015
MessageSujet: Re: You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela Mar 13 Oct 2015 - 12:25

T’as toujours été une nana sacrément bornée Rafe. T’enlever une idée d’la tête est un défi qu’très peu d’personnes peuvent  s’venter d’avoir réussi à relever. T’faire changer d’avis est un travail d’longue haleine, épuisant et, à coup sur, presque toujours inutile. Finalement, la seule solution pour t’faire prendre une décision différente de celle qu’t’aurais décidé, reste encore de n’pas t’laisser d’autre choix, et d’se montrer aussi têtu qu’toi. Elliot était peut être encore jeune et inexpérimenté. Mais il était malin, et loin d’être idiot. Et ça, il l’avait vite compris.

En réponse à son regard aussi insistant qu’exaspérant, t’as donc finis par capituler pour prendre le CV des mains de la jolie brune. Tu n’y jettes en revanche qu’un bref coup d’œil, parcourant rapidement les lignes en diagonales. Parce que même si, sur l’papier elle semblait pouvoir faire l’affaire – tu voulais bien l’admettre – tu n’te fiais jamais trop à ça, préférant de loin, voir en direct la personne faire ses preuves.

C’est vrai qu’le gamin n’avait pas tord, au fond. Le garage n’avait ouvert ses portes que depuis quelques semaines, et il marchait déjà bien mieux qu’tu n’l’aurais espérée. Tes compétences et ton savoir faire avaient suffi à faire la réputation du lieu. Ton talent à doper un moteur pour la course avait également rameuté des clients d’un autre genre. Des clients qui semblaient tout autant accro à la vitesse que toi. Mais dont les connaissances en mécanique restaient limitées. Résultat, t’avais souvent du boulot à n’en plus finir. Et si ça n’te posait aucun problème, tu n’pouvais pas t’permettre en revanche, de demander au gamin d’faire autant d’heures supplémentaires.

Embaucher d’la main d’œuvre était donc une évidence, et ça t’avais bien sur traversé l’esprit plusieurs fois. Sauf que c’n’était pas l’seul paramètre de l’équation et tu n’pouvais pas faire fi des ritals. Pas après c’qu’ils avaient fait à ton ancien garage. Pas après tout c’que t’avais traversé. Et même si les choses semblaient calme pour l'instant, tu gardais à l’esprit qu’ta vie était comme une bombe à retardement. A tout moment les italiens pouvaient t'retrouver. A tout moment elle pouvait péter et tu n’voulais pas qu’ce jour là, des personnes innocentes comme Elliot, comme la brunette, ne s’trouvent trop près toi et n’deviennent c'que t'avais toujours voulu éviter : des dommages collatéraux.  

T’as donc tendu à nouveau son papier à la demoiselle, bien décidée à lui faire comprendre qu’ta décision était sans appel. « Comme j’viens de le dire ma jolie, j’recherche pers… ». Mais malheureusement pour toi, l’gamin semblait en avoir décidé autrement et n’te laissa même pas l’temps de finir. « En fait si. On aurait bien besoin d’un coup de main pour s’occuper de toute la paperasse. Tu penses t’en sortir avec ça ? Et y’a ces deux caisses aussi, qui ont besoin d’une bonne révision, mais la boss préfère s’occuper des modèles plus nerveux. Je suis sure que tu peux être vraiment utile et qu’elle partage mon avis. ». Ou bien qu’elle pense seulement qu’elle a fait une terrible erreur quand elle t’a engagé, gamin.

Sur l’coup, tu restes muette quelques secondes devant tant d’aplomb et t’contentes de lui lancer un regard furieux. Tu sais qu’à cet instant, t’es censée l’remettre à sa place, lui rappeler que c’est encore toi qui décide ici, et qu’il n’a pas à discuter tes choix. Mais son sourire en coin et son culot monstrueux t’en empêche. Parce que cet entêtement là, tu n’le connais que trop bien. Parce qu’à son âge, quand t’occupais encore le même statut que lui, tu agissais exactement de la même manière. Et qu’celui qui était à ta place actuelle, avait du aussi apprendre à capituler devant la gamine que t’étais.

Un léger sourire est alors apparu à son tour au coin de tes lèvres. Parce que finalement, c’n’était surement qu’un juste retour des choses. Et qu’tu savais être bonne joueuse. T’as donc soupiré et levé les yeux au ciel, signifiant ainsi qu’il avait gagné pour cette fois. Un air victorieux dans le regard, il adressa aussitôt à un clin d’œil à Wanda. « Tu vois, elle est pas si difficile à convaincre. ». Non, en effet. Un peu trop facile même, mais ça n’t’empêchait pas d’continuer à croire que tout ça n’était franchement pas une bonne idée, et qu’il fallait qu’elle comprenne que pour l’instant, rien n’était encore sur. « C’est juste un essai. Pour voir c’que tu peux faire ici. On en reparlera à la fin de la semaine. » . Et qu’Elliot garde bien en tête que quoi qu’il arrive, c’est toi qu’aurait l’dernier mot. « Et toi je te paye pas à rien faire, file ! » « A vos ordres patronne... Ne t’en fais pas, elle a pas l’air commode comme ça, mais tu trouveras pas meilleur employeur.» C’qu’il pouvait être impossible parfois. « Tu changeras vite d’avis si tu ne vas pas te remettre de suite au boulot, El’. » . Mais malgré tout, tu l’aimais plutôt bien. Et il savait se montrer bon élève.

« Elliot, mon apprenti. » as-tu simplement précisé pour faire savoir à la jeune femme qui était c'drôle d’énergumène. Avant de finalement lui tendre une main accueillante en affichant l’visage de l’autre Rafe qu'tu pouvais être. La boss sympa. Exigeante mais facile à vivre. Celle qui pouvait aussi mettre les gens à l’aise, et pas seulement les effrayer. « Zoe ». Mais cachée cependant, sous son nom d'emprunt. Car c'était toujours un moyen comme un autre d'éviter un tant soit peu, qu'la nouvelle de ton retour ne s'ébruite trop rapidement. « Bon... On dirait bien qu’ça ressemble à ton premier jour alors… J’crois que c’est l’moment de te souhaiter bienvenue parmi nous. ». Bien sur, tu n’peux malgré tout t’empêcher d'la détailler une nouvelle fois de haut en bas, en affichant une nouvelle fois c’petit sourire, légèrement moqueur mais pas vraiment méchant. « Mais d’abord il faut vraiment qu’on t’trouve une autre tenue. » .

_________________
Born to Run
Take me down to the river bend, take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again. SIGN @ ALASKA.

Our hearts are like firestones :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wanda P. Ruggiero
avatar
MESSAGES : 97
DATE D'INSCRIPTION : 05/09/2015
AGE : 32
MessageSujet: Re: You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela Dim 20 Mar 2016 - 18:57

You drive me crazy, please hire me

M
agré le fait que la jeune femme soit difficile à convaincre, la miss ne se déballonne pas. Trouver un travail est important pour elle, pour son fils et pour leur survie à tous les deux. Les courses, c’est bien joli mais ça ne remplit pas un frigo pour un mois ! La passion de Wanda pour les voitures et les réparations de l’extrême lui font continuer, insister lourdement sur le fait d’avoir sa chance. Heureusement pour elle, le jeune homme qui travaillait là intervint, coupant le sifflet de sa patronne. Elle-même n’aurait pas osé vu l’allure de la jeune femme, un peu trop radicale pour la chercher. Elle semble être une femme de poigne, quelqu’un qui, comme elle, doit se battre dans un monde d’hommes. Après avoir fait comprendre à sa boss qu’ils avaient besoin de quelqu’un en plus, la réflexion apparut sur le visage de l’autre. L’Italienne souhaitait de tout son cœur qu’elle accepte de la prendre à l’essai et le sourire victorieux du mécanicien au soupir de la brune était bon signe. Un sourire naquit sur les lèvres de Wanda, répondant d’un signe de tête pour remercier Elliot. « Merci infiniment ! J’vous jure que vous ne serez pas déçue ! » affirme-t-elle alors que la jeune femme renvoie son mécano travailler.

Leur complicité est belle à voir, ils s’entendent tout de même bien, malgré le fait que la patronne ait l’air féroce. Peut-être que l’autre à raison, on ne peut pas trouver meilleur employeur. Ce qui est certain, c’est qu’une femme aura plus de mal à se faire engager par un type que par une semblable. Les deux se comprennent, savent à quel point il est dur d’évoluer dans ce domaine. Les compétences sont demandées encore et encore, le besoin de preuves est comme vital. Mais Wanda n’a pas peur, elle n’a jamais trouvé un écrou pour lui résister et son Acura tourne comme un bolide, gagnant des courses que même certains hommes redoutent. Serrant la main de sa nouvelle boss, la Ruggiero se présente à son tour. « Wanda. Merci de me laisser ma chance. » dit-elle une nouvelle fois. Zoe semble se décrisper quelque peu et quelque chose qui ressemble à un sourire pointe sur son visage. Mais n’en demandons pas trop pour ce premier jour.

D’ailleurs, comme le fait remarquer Zoe, il est temps de se mettre au boulot ! Quand la brunette va raconter ça à sa meilleure amie, elle va sauter au plafond ! « J’ai un bleu dans ma voiture, j’peux aller le chercher ! » répond la belle aussitôt. Toujours prête, comme les scouts ! Alors Wanda part se changer, il est temps de se mettre au travail. Lorsqu’elle revient, quelques petites minutes plus tard, la voilà transformer. Plus de jolie tenue, voici une mécanicienne en bleu de travail, cheveux attachés et air déterminé sur le visage. « Par quoi vous voulez que je commence !? » s’enquit la demoiselle.

© Starseed



[HJ = navrééééeeee !!!!!!!!!! j m'étais un peu perdu en chemin.. ais je suis de retour ♥]

_________________
¤ Evan, my baby boy ¤
« In the darkest place we can find light. When I became your mum, I found a reason to live. »
unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafaela Alvarez
Mrs. Alpha ▶
avatar
MESSAGES : 704
DATE D'INSCRIPTION : 05/04/2015
MessageSujet: Re: You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela Ven 3 Juin 2016 - 18:15

Qu’la jolie brune soit un homme ou une femme n’était véritablement pas l’fond du problème, pas plus  qu'tes doutes quant à ses véritables capacités, et encore moins sa jolie tenue, même si, sur l'coup, tu l'avais trouvé plus adaptée pour un boulot derrière un bureau. D'habitude, t'étais pas du genre à juger trop vite sur les apparences, tu préférais attendre de voir c'que la personne avait dans l'ventre et de découvrir à quel point elle pouvait mettre du cœur à l'ouvrage. Dans un autre pays, dans une autre ville, dans une autre vie, t’aurais probablement été plus ouverte à la prendre à l’essai pour voir si elle était réellement compétente, et ensuite aviser d’la garder ou pas. Mais t’étais pas dans une autre ville, t’étais pas dans une autre vie, et pour l’instant, les conditions ici n'étaient franchement pas idéales pour laisser des personnes innocentes t'approcher. Rien n’assurait qu’l’affaire avec la pègre italienne n’soit définitivement classée. Rien n'assurait qu'tu l'avais toi-même laissée d’côté. C'était juste une question d'temps avant qu'tu ne replonges tête la première, dans cette jungle à emmerdes. Parce que c'était plus fort que toi, parce que t'étais juste incapable d'laisser tomber, parce que tu n'savais pas ralentir, mais simplement foncer. Parce que si l'feu semblait en apparence bien éteint, sous les cendres d’ton ancienne existence, et qu’ta mémoire venait d'retrouver en revanche, les braises n'en étaient qu’chaque jour plus ardentes et menaçaient à tout moment, d's'embraser à nouveau. Non, rien de tout ça n'était finit. Pas tant qu'tu continuerais à respirer. Pas tant qu'tu continuerais à être debout. Pas tant qu'ils ne seraient pas là où toi tu les voulais, c'est à dire plus bas qu'terre, au fond du trou. T'étais une femme d'honneur, tu réglais toujours tes dettes, aussi bien qu'tu tenais sans faillir tes promesses. Et les ritals n’pouvaient pas faire exception à la règle.

En revanche, t’étais pas c'genre de nana sans pitié, qui s'fiche pertinemment des dommages collatéraux qu'elle peut engendrer en poursuivant le but à atteindre. Derrière ton tempérament en acier trempé, derrière c'passé de criminelle qui te poursuivait indéfiniment comme ton ombre, tu n'étais pas sans ton propre code, qui par-dessus tout, était d'garder les innocents à l'abri, ceux qui n’demandaient rien si c'n’est mener une existence tranquille, loin d’ce monde de l'ombre, qui gangrénait les rues d'San Diego. Et Wanda comme Elliot étaient d'ceux-là, et tu n’voulais pas qu’ils leur arrivent quelque chose. T'étais la louve prête à tout pour protéger sa meute. T'avais fait l'vide autour de toi pour être certaine qu'tes actes n’blesseraient pas ceux à qui tu tenais. Et voilà qu'ils s'étaient pointés tous les deux pour faire appel à ton âme charitable, et qu'en dépit d'la bombe à retardement qui s'balançait inlassablement au-dessus d'ta tête, t'avais juste été incapable de leur résister. Putain, dans quoi tu t’étais encore embarquée cette fois...

La voix d’miss costume impeccable t’rappelle cependant à l’ordre et t’oblige à laisser la réponse de côté. Mais comme elle t’laisse même pas l’temps de lui dire qu’on a tous c’qui faut ici, qu’elle n’a pas besoin d’amener sa propre combinaison, tu t’contentes de lever simplement les yeux au ciel en la voyant courir pour aller se changer. Mi exaspérée, mi amusée par son enthousiasme débordant, elle finit malgré tout par t’arracher c’ petit sourire en coin qui s’affiche à tes lèvres. Parce qu’en dépit d’la gravité d’une situation dont elle n’avait même pas conscience, t’appréciais sa détermination. Et qu'mine de rien après tant d'années passées en solitaire, un peu d'compagnie n'était pas si horrible que ça. Étrange, oui, tu n'en avais tellement plus l'habitude, mais pas désagréable pour autant.

T’as allumé une clope en attendant son retour, et quand elle a enfin re-pointée l’bout d’son nez, tu devais reconnaitre qu’elle était méconnaissable.   « J’crois qu’je t’préfère nettement comme ça. » Ton visage a affiché un air satisfait après l’avoir détaillé d'haut en bas tandis qu'tu'as tiré une nouvelle latte sur ta barre d'nicotine. Puis après quelques instants, t'as renfilé l'costume d'la boss cool et tranquille, même si elle en restait pourtant pas moins exigente - tu savais parfaitement faire la part des choses question boulot. « Déjà commence par arrêter d’me vouvoyer, parce que c’est pas l’genre d'la maison ma jolie. » t'es-tu contentée d'lui répondre en haussant le sourcil. Puis après avoir marqué une légère pause, t'as écrasé ta clope et pris la direction de l'intérieur du garage. « Viens, suis moi. »

L'heure suivante s’écoule sans même qu'tu ne t’en rendes compte. Tu commences d’abord par lui faire faire le tour du bâtiment pour qu’elle prenne ses repères, et qu’elle sache où s'range le matos et le stock, puis tu l’amènes dans l'bureau pour lui expliquer la procédure à suivre et la paperasse à remplir pour passer les commandes. Elle semble s’y connaitre, t'insistes tout d'même pour qu'elle fasse attention et gère correctement ça. Parce que la paperasse toi, ça t’emmerdes royalement, et tu n'lui caches pas vraiment. C'était peut être pas très juste pour elle, mais après tout, si tu pouvais lui décharger ça, t'allais pas t'en priver. Au même moment, la voix d’Elliot t’as appelé à l'aide, parce qu’il n's’en sortait pas avec son Land Cruiser. T’as aussitôt désigné la Chevrolet Camaro à Wanda. « J’aimerais qu'tu commences par celle-là. Révision complète, la cliente la récupère en fin d’matinée. » Avant d'voler au secours du gamin.

Si d'habitude t'étais pas du genre très patiente, avec Elliot en revanche, tu n’avais aucun mal à prendre ton temps. C’môme, c'était exactement toi gamine, et t’avais pas pu t’empêcher d’te prendre d’affection pour lui. La vie n’était pas forcément facile tous les jours pour lui, et ses heures au garage était un peu son échappatoire. Il savait s’donner à fond et toi-même tu prenais plaisir à lui transmettre ta passion des moteurs et des grosses cylindrés. Plusieurs dizaines de minutes s’étaient donc écoulées ainsi depuis qu’t’avais laissé la jolie brune seule, pour t'concentrer sur lui. Quelques coups d’œil lancés à la dérobé t’indiquait cependant qu’elle s’en sortait plutôt bien, aussi tu la laissais entièrement autonome. Et quand tu revins vers elle un peu plus tard, ce fut uniquement pour en apprendre un peu plus sur elle. « Alors … Tu vis ici depuis longtemps ? » Après tout, fallait bien quand même qu'tu saches à qui t'avais à faire.

_________________
Born to Run
Take me down to the river bend, take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again. SIGN @ ALASKA.

Our hearts are like firestones :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela

Revenir en haut Aller en bas

You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» You drive me crazy, please hire me || ft. Rafaela
» 08. You drive me crazy
» (olivia wilde) you drive me crazy ...
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» Crazy Minds
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ride Or Die : After that you run ...  :: SAN DIEGO :: Quartier Sud :: Tijuana River Valley :: Service and Repair ~ Garage-
Sauter vers: