Partagez|

Dolorès Folks feat. Michelle Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Darian Parks
Fondateur Sexy
avatar
MESSAGES : 665
DATE D'INSCRIPTION : 04/10/2011
MessageSujet: Dolorès Folks feat. Michelle Williams Mar 18 Oct 2011 - 14:39

Dolorès Folks
LIBRE - RESERVE - PRIS



→ NOM : Folks
→ PRENOM : Dolorès
→ DATE DE NAISSANCE : le 03/01/1984
→ NATIONALITE: Américaine
→ STATUT: Célibataire
→ METIER : Serveuse en quête de reconversion
→ GROUPE : Civils
→ AVATAR : Michelle Williams



(c) copyright



HISTOIRE
D'un couple dissolu et sans affection, dans un quartier pauvre de Riverside CA, naquit Dolorès, cette petite tête blonde aux traits angéliques, et à l'expression figée de toute poupée de porcelaine, avec ce faux sourire imprimée sur les lèvres. Enfant, Dolorès n'était pas une fille pénible et capricieuse. Elle était plutôt celle qui en classe, se fait oublier, préférant jouer dans son coin plutôt que de provoquer l'interaction. Bonne élève néanmoins, elle détenait les meilleurs résultats à l'école, à dire vrai, son seul échappatoire. À la maison, c'était crise familiale sur crise familiale. Pas de place pour le silence. Jusqu'à ce que à l'aube de ses 11 ans. Du moins pour un court laps de temps. Sa mère fiche le camp avec son amant la laissant seule avec son paternel, alcoolique et irascible. Elle commença alors à perdre en assiduité et bonne note à l'école, devant à elle seule assumer les responsabilités familiales, son père ne l'aidant pas franchement, lui criant sans cesse dessus, lui reprochant tous ses malheurs. En grandissant, et malgré sa rationalité, Dolorès rêvait d'ailleurs et de grandeur. Mais rien n'était plus incompatible avec le milieu dans lequel elle était. À son entrée au lycée, elle se laissa gentiment entrainer avec la bande de filles qu'elle fréquentait, faisant constamment la fête, devenant une toute autre personne, compensant ses carences comme elle le pouvait. Tout ce qu'elle voulait n'était autre qu'oublier. Quelques minutes, quelques heures … Dans les bras d'un homme, de deux, du moment qu'elle y parvenait. Elle brisait ce reflet de petite fille sage qu'elle avait été autrefois, se fichant bien de ce qu'on penserait d'elle. Parce qu'après tout, personne ne fait vraiment attention à elle ni ne sait qui elle est vraiment. Son père ne lui démontrait pas le moindre respect, ne se gênant pas pour l'insulter parce qu'elle n'était pas assez souvent à la maison, alors qu'elle subvenait tant bien que mal aux besoins de sa famille. Il lui disait sans arrêt qu'elle ne ferait rien de sa vie, pauvre trainée qu'elle était, sa plus grande erreur. Et bien qu'elle baissait la tête et ne disait rien, feignant de n'être atteinte, en dedans, Dolorès était défaite et ne s'était jamais sentie aussi seule de toute sa vie. La majorité acquise, son père la fichue à la porte, de toute façon, elle n'aurait su rester. Cependant, elle ne s'était pas vu épargnée de la déchirure qu'une telle rupture provoqua en elle et du paradoxe qui la saisit ce jour-là. Sans ressources, sans plus d'amis, elle dut alors se débrouiller par ses propres moyens qui au départ fut très difficile. Enchainant les petits boulots pour se fournir un toit et de quoi survivre, elle se contentait du minimum oubliant de vivre. Les années ne plus étant pas plus défavorables, à présent, bien installée dans sa vie, elle eut un espoir de mieux dans son existence, après tout elle était indépendante et se suffisait à elle-même. Son père, venait lui racler du fric de temps à autre qu'elle lui fournissait toujours, malgré la rancœur et l'amertume qu'elle éprouvait pour lui.
La seule tâche d'ombre qu'elle pouvait encore attester bien qu'elle ne le verrait jamais ainsi, restait les hommes avec qui elle sortait. Tous des raclures, des mecs qui n'en valaient pas franchement la peine, qui ne vivaient à son crochet que pour l'entretien. Bien souvent violents et à problème. Le dernier en date se dénommait Lester. Il était un de ses clients réguliers qui venait consommer un café dans le seul but de la voir. Si au départ, elle pensait avoir rencontré le bon – comme à chaque fois – elle déchanta très vite, se rendant compte qu'il n'était pas celui qu'elle pensait. Lorsqu'elle voulut mettre fin à leur relation, une telle idée ne fut pas du goût de Lester. Il venait la harceler sur son lieu de travail, la menaçait par téléphone, la rendant très vite méfiante et anxieuse à l'idée de retomber sur lui. Il lui servait toujours le même baratin auquel elle avait envie de croire, jusqu'au jour où il fut épinglé par la police pour vol à main armée et délit de fuite. Dolorès se sentit à nouveau libre pour la première fois, comme il en fut le cas, lorsqu'étrangement, son père la mis dehors … Toutefois, elle avait parfaitement conscience que lorsqu'il sortirait de prison, les emmerdes reprendraient. Mais elle n'avait pas envie de penser à tout cela. Elle plia bagage abandonnant famille, travail, logis pour un petit logement dans les quartiers Sud de San Diego. Sans laisser d'adresse... Ne conservant que sa Mercury Comet qu'elle s'était payée à sa première paye. Loin des représailles, bien qu'elle a parfaitement conscience que ça ne l'empêcherait pas de la retrouver à sa sortie, elle souhaite renouveau et changement. Un choix qui parfois la ronge encore d'avoir agit égoïstement à l'égard de son père bien qu'elle continue de penser que c'était la meilleure chose à faire pour elle ...

À l'âge de 26 ans, ses quelques économies lui permirent de se payer des cours par correspondance afin de faire quelque chose de sa vie, comme toujours elle l'a désiré, ne souhaitant rester serveuse jusqu'à la vie de sa vie [profession future selon votre préférence, non imposé du moment que ça reste plausible]. Elle fit ensuite la connaissance de Darian Parks, qui est accessoirement son voisin d'étage. Un pauvre loser, comme le panel d'hommes qu'elle avait connu dans sa vie, à la différence que celui-là, avait, selon elle, une part de bonté qu'il s'efforçait de cacher. Vérité ou illusion, elle se complait dans la relation qu'elle entretient avec lui, qui n'a cependant rien d'idéal. Une relation sans réellement porter ce terme là, qui ne sévit que physiquement parlant, bien que leur proximité évidente que lui nie tout en bloc, lui donne l'espoir qu'il pourrait être celui qui pourrait la sortir du merdier dans lequel elle atteste être. Parce qu'elle sait que même s'il refuse de le montrer, lui porte attention. Elle sait qu'il est loin d'être l'homme parfait, qu'il se fourvoie plus qu'il se reconnaît, qu'il donne plus dans les bads points que dans les good points, mais elle ne peut lutter contre les sentiments qu'elle ressent à son égard. Peut être est-ce cela qui lui fait accepter pareille condition entre eux … Peut être n'est-ce qu'un vil espoir qu'un beau jour, il prêche la réciprocité … Peut-être n'a t-elle besoin de lui que comme lui d'elle, pour une durée limitée. Elle ne sait pas vraiment où tout cela la mènera. Elle ne veut se poser de questions pour l'instant, se suffisant de ce qu'elle a pour le moment, sachant que le futur pourrait être bien pire …
À bientôt 28 ans, la vie de Dolorès connaitra t-elle changement … ? Tout reste encore à écrire.

(c)fiche by swan



LIENS


Darian ParksSi tellement il portait un nom.

À la fois ambiguë et qu'elle aime penser suffisante, elle ne sait encore ce qu'elle attend réellement de la relation qui les unit tous les deux. Elle adopte sa philosophie, le « vivre au jour le jour » dont il est expert évitant de s'en faire pour le reste, voyant clairement qu'il ne s'en encombre pas plus. Elle sait parfaitement qu'il n'est pas l'homme qui lui faut, qu'elle ne trouvera jamais stabilité dans ses bras, mais elle est pour le moment incapable de le quitter. Il est sa présence, son raccord, sa source de plaisir et a parfaitement conscience qu'elle pallie à sa solitude tant sa vulnérabilité est évidente. Mais malgré la détresse dont parfois il fait preuve qui parfois lui fait peur, elle sait qu'il a besoin d'elle, du moins pour le moment, bien qu'il ne montre rien. Et de cela, elle tire l'attention qu'elle n'a toujours fait que rechercher de leurs petits instants privilégiés où il ne voit qu'elle. Elle sait qu'avec Darian les gestes parlent bien plus que les mots et aime ce qu'elle y décèle. Il n'est pas comme tous les autres hommes qu'elle a connu par le passé. Si sa violence se fait sourde et muette mais non inexistante, elle le sait différent. Parce qu'après deux ans, elle le connait mieux qu'il ne le pense, et sait indirectement qu'il en sait autant qu'elle à son égard … Perplexe considération ...



_________________

Sometimes things happens ...
Often it forget us ...
But in fact, we don't care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dolorès Folks feat. Michelle Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» (f) MINERVA MCGONAGALL feat MICHELLE FAIRLEY
» Jersey Benetta (F) MARQUEE - feat Michelle Rodriguez
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» michelle martely se fait gifleret avilir en republique dominicaine
» 06. Let's be young folks together - PV Santana
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ride Or Die : After that you run ...  :: AVANT TOUT :: Postes Vacants :: Scenarii membres :: Scenarii pris-
Sauter vers: